lundi, 12 août 2019 15:27

Circuits VTTAE dans les Vosges

800x600circuits-balises-vtt-a-assistance-electrique-e-bike-la-bresse-hautes-vosges-861
Descriptif-itineraires-VTTAE-Labresse

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez 6 itinéraires VTTAE dans les Vosges document à télécharger ici

 

LES LACS DU CHAJOUX DÉPART : STATION LA BRESSE-HOHNECK La première moitié de ce circuit utilise le circuit VTT n°12 bleu. Après avoir rejoint le Col des Feignes, vous emprunterez la route goudronnée pour rejoindre le sommet de la vallée du Chajoux. De là, le parcours emprunte un chemin forestier qui vous emmènera jusqu’au Lac de Lispach en passant par le cirque glaciaire du Tour des Roches et sa fraîcheur. Vous contournerez le lac par la droite et le chemin du Collet de la Mine, puis le chemin vallonné de la Courbe. Après avoir atteint un abri pique-nique, vous redescendrez dans la vallée pour arriver au lac de la Ténine, puis au Pont du Metty. C’est à ce moment que vous quitterez le balisage du circuit n°12 bleu pour remonter la route du Chajoux qui vous ramènera jusqu’à La Bresse-Hohneck en longeant à nouveau les lacs de la Ténine puis de Lispach.

LE TOUR DU GRAND’JEAN DÉPART : OFFICE DE TOURISME  ou DOMAINE DU HAUT DES BLUCHES  ou STATION LA BRESSE-HOHNECK Ce circuit correspond au circuit VTT n°12 bleu. Il consiste à faire le tour de La Bresse par le fond des 2 vallées : Vologne et Chajoux, ce que tous les bressauds appellent « le Tour du Grand’Jean » LE LAC DES CORBEAUX DÉPART : OFFICE DE TOURISME  ou DOMAINE DU HAUT DES BLUCHES Ce circuit correspond en grande partie au circuit VTT n°14 bleu. Au départ du centre-ville, il vous fera tout d’abord remonter la vallée de Vologne par la rive gauche de la Moselotte en passant par la zone industrielle des Ecorces, la Vertbruche (passage à proximité et en dessous  (!) des activités de Bol d’Air Aventures  : Parcours des Aventuriers, Fantasticable, Bol d’Air Line), le Domaine du Haut des Bluches. Après avoir tourné à droite au bout de la Route des Planches, le bitume laisse la place à un large chemin de terre, qui vous mènera jusqu’au petit étang sauvage de Séchemer, puis au Lac des Corbeaux. De là, poursuivez votre balade par la route goudronnée qui part à plat à la sortie du parking, direction le Col du Brabant que vous atteindrez par une route en balcon qui vous offrira de nombreux points de vue. Peu avant le col, le circuit n°14 bifurque pour redescendre à La Bresse par un petit sentier très technique à travers les enclos de chèvres, moutons et vaches (uniquement pour les bons vététistes). Les moins audacieux pourront choisir d’emprunter la route du Brabant qui arrive directement au centre-ville. Si vous voulez prolonger la balade, depuis le col du Brabant, vous pouvez emprunter le circuit balisé n° 34 (11 km et 355 m de dénivelé positif). Sans difficulté technique, il vous mènera sur de larges chemins forestiers jusqu’au Col de la Vierge et son abri-refuge pour le pique-nique.


LE COL DE LA VIERGE DÉPART : COL DU BRABANT Depuis le col du Brabant suivre le circuit
 VTT n°34 (11 km 355 m de dénivelé positif). Sans difficulté technique, le circuit en boucle vous mènera sur de larges chemins forestiers jusqu’au lac  de la Vierge et retour au Brabant.. LE PRE JACQUOT DÉPART : OFFICE DE TOURISME  ou DOMAINE DU HAUT DES BLUCHES
 ou STATION DE LA BRESSE-HOHNECK Ce circuit correspond en grande partie au circuit VTT n°13 rouge. Au départ du centre-ville, vous remonterez tout d’abord toute la vallée de Vologne jusqu’au col des Feignes en alternant chemins et route. Après avoir suivi sur 500 m la route goudronnée en direction de la Vallée du Chajoux, le parcours bifurque vers la gauche en empruntant un chemin forestier qui va s’élever en lacets jusqu’à la Rouge-Feigne puis la Chaume des Champis où un abri forestier vous accueillera. Vous pourrez rejoindre  la partie haute de la Chaume pour admirer un panorama à 360° sur une grande partie du Massif. Un large sentier vallonné et un peu technique vous mènera par la crête jusqu’au Pré Jacquot, via le chalet forestier du Collet de l’Etang. Après la descente du Pré Jacquot, vous vous retrouverez littéralement à cheval entre Vallée de Vologne, à gauche et Vallée du Chajoux, à droite. C’est vers cette dernière que nous vous conseillons de redescendre en quittant le circuit n°13 pour poursuivre sur le chemin de terre, puis de bitume qui arrive à l’Auberge des Skieurs. De là, il ne vous reste plus qu’à redescendre la vallée pour rejoindre le centre-ville.  

LE HOHNECK DÉPART : STATION DE LA BRESSE-HOHNECK Depuis la station, redescendre la route principale sur environ 1 km et prendre à gauche la route goudronnée vers le Lac de Blanchemer. Monter jusqu’au bord du lac et le longer par la gauche. Une fois arrivé à l’abri forestier, suivre le balisage du circuit VTT n°15 noir qui vous fera traverser les pistes de ski de la Station de La Bresse-Hohneck jusqu’au barrage de la Lande (petit passage technique sur 200 à 300 m avant d’arriver au barrage, prudence  !). Continuez à suivre le circuit n°15 jusqu’au pied du Hohneck. De là, vous emprunterez la route en lacets qui vous mènera jusqu’au sommet pour y admirer la vue à 360° (par temps clair, on voit les Alpes !) Vous retournerez ensuite sur vos pas en direction de l’Auberge de la Chaume de Schmargult pour rejoindre le circuit balisé E3 vert qui vous fera redescendre par de larges chemins forestiers jusqu’à la station.
 

Publié dans News

Il fallait un homme avec beaucoup d’envergure et de charisme pour prendre le relais de Cyrille Guimard à la tête de l’équipe de France. Le président de la Fédération française de cyclisme Michel Callot a donc choisi Thomas Voeckler, comme il l’a confirmé hier en marge du championnat de France à La Haye-Fouassière. Le tout en mettant en avant le « charisme » de l’Alsacien, qui a pris sa retraite sportive il y a deux ans. 
 

Voir le lien vers le quotidien régional L'Alsace rubrique Sport

#ThomasVoeckler  

 

Publié dans News

Parmi les dossiers brûlants du moment, l’ancien Président de la FFC (2009-2017) fait de la lutte contre la fraude technologique sa priorité.

Côté VTT les propositions sont minces, mais bonne nouvelle, l’Enduro est en bonne place dans son programme “Our Passion”. On l’avait noté en page 21 de son programme, celui qui avait signé un partenariat avec les Enduro Series dès 2011 et lancé la Coupe de France Enduro VTT a en effet mis l’Enduro au coeur de ses trois projets pour le “Mountain Bike” !

Même si “développer l’Enduro” reste une proposition assez vague, et la discipline n’ayant pas attendu l’UCI pour progresser, elle a le mérite d’exister et on imagine bien le nouveau Président (bien aux faits de la discipline et de ses évolutions) négocier une reconnaissance UCI avec les promoteurs du circuit Enduro World Series. Ce serait une bonne nouvelle pour le milieu qui va dans le sens des discussions rapportées par Fred Glo à l’occasion de notre récente ITW.

Autre sujet “chaud” que devra gérer David Lappartient : le VTT à assistance électriqueet la question de sa délégation en format compétition… Le VTTAE est face à des enjeux de taille, et suite à l’attentisme/le désintérêt premier de l’UCI sur la question, la FIM s’est positionnée et le milieu de la Moto est déjà prêt à “récupérer” le bébé. On en reparlera sous peu sur VTTAE.fr !

Publié dans News

 

 
Avatar image
Olivier Béart signe l'article dans Vojo Mag
Co-fondateur de Vojo Mag, journaliste et photographe professionnel dans le monde du VTT depuis plus de 10 ans, Olivier Béart est passionné de matériel et de technique. Amateur de marathons, d'enduro et de raids multi-sports, il a mis à l'épreuve plus de 200 vélos et près d'un millier d'accessoires... et ce n'est pas fini!
 

Les esprits s’échauffaient depuis quelques jours. Entre Fédération française de moto (FFM) et Fédération française du cycle (FFC), l’avenir du vélo électrique balançait. Contacté en milieu de journée, Éric Jacoté, vice-président de la FCC et responsable de la partie VTT, sortait tout juste d’un entretien téléphonique avec David Lappartient, le nouveau président de l’UCI. Et son verdict est désormais sans appel : « L’UCI nous a donné son feu vert pour intégrer pleinement la gestion du vélo électrique au sein de notre fédération. »

Il y avait urgence à clarifier la situation. Parce que depuis l’annonce en 2015 du désormais ex-président de l’Union cycliste internationale (UCI) Brian Cookson, le vélo à assistance électrique évoluait en zone grise. Dans la bouche de l’Anglais, on avait en effet pu entendre que « la propulsion du vélo […] doit toujours résulter de l’activité humaine et non d’une forme motorisée. Les vélos à assistance électrique peuvent à certains égards être considérés comme des cyclomoteurs, ils devraient tomber sous l’égide de la FIM (Fédération internationale de motocyclisme). »

Parce que, aussi, l’univers produit du vélo à assistance électrique (VAE) est vaste. Entre les VAE limités à 25 km/h, les speedelecs qui peuvent jusqu’à 45 km/h (et tombent sous la législation des cyclomoteurs légers, donc doivent justifier d’une carte grise et emprunter les routes ouvertes à la circulation et les sentiers cadastrés), ceux mus par des gâchettes (non-homologués, donc bannis de l’espace public et réservés aux terrains privés) ou ceux dont le moteur s’actionne par pédalage, il y a de quoi y perdre son cycliste ! Sauf que l’enjeu est d’importance. Car derrière le simple fait de savoir quelle fédération (cycle ou moto) allait gérer le VAE se jouent de lourds impacts industriels et sportifs, liés à l’explosion du marché sur ce secteur.

La tenue du prochain 1er Open de France de VTT-AE, qui se déroulera à Tence (43) le 15 octobre, a cristallisé les tensions, et peut-être précipité les choses. Car ce dernier est en effet organisé par la Fédération française de… motocyclisme (FFM) et y annonce notamment trois spéciales chronométrées « typées “moto” ». Ce qui semblait un peu plus entériner le fait que le VAE allait être pris en charge par la FFM. Laquelle ne cachait d’ailleurs pas son intérêt pour le secteur. « Cette volonté procède d’un réel intérêt technologique et sportif de la part de la Fédération, explique Frédéric Lambert, responsable management au sein de l’entité moto, et parce que 2 roues, un guidon, une selle et une propulsion assistée, c’est dans l’ADN de la FFM, une évidence en quelque sorte. » À la demande de Jacques Bolle, président de la Fédération française de moto et juriste certifié, cet été, cet enduriste moto et vélo, récent adhérent à la Mountain Bikers Foundation, donc a mené un audit sportif, technique, commercial et technologique de l’activité vélo électrique. Une commande inédite, et qui « part d’une démarche sincère », précise Fred Lambert.

Il manque cette structuration nécessaire au développement sportif d’une discipline liée au vélo électrique

« Le point de départ a été mon déplacement au salon du Véhicule Hybride de Val-d’Isère, se souvient ce dernier. J’y ai consulté beaucoup de personnes, dont les 3/trois quarts m’ont fourni des éléments très enrichissants. J’ai rendu un bilan de ces rencontres très positif à ma direction. Cet audit a bien avancé, et après un point d’étape récent, il a confirmé qu’il manque cette structuration nécessaire au développement sportif d’une discipline. Ma direction a donc souhaité aller concrètement plus loin en me demandant d’aider une structure à l’organisation d’un format adapté. Cyril Bayle (Horizon 3000 à Tence 43) s’y est collé, et notre format sera effectivement novateur. Les bilans de cette épreuve (y compris le bilan dégradation) feront partie de l’audit. »

Reste que voir la FFM organiser une épreuve de VTTAE pouvait sembler incongru. C’est ainsi que l’a perçu Fred Glo, boss de Tribe Sort Group et cofondateur des Enduro World Series, qui travaille actuellement sur une insertion du VTTAE dans le cadre des EWS : « Quand j’ai entendu parler de cet Open de France, j’étais incrédule, ça m’a semblé délirant. Le plus grand succès du VTTAE repose sur son large terrain de jeu, identique à celui du VTT classique, et contrairement à celui de la moto tout-terrain. Cet accès aux nombreux sentiers , c’est précieux. Il ne faut surtout pas le perdre, car si le sport vélo électrique passe sous l’égide de la fédé moto, un amalgame sera fait, on risque fortement d’aller vers les mêmes contraintes, les mêmes restrictions que la moto tout-terrain, à savoir devoir se contenter des pistes 4×4 où une Clio passe. Je ne remets pas en cause le travail réalisé par la FFM, qui assure d’ailleurs un boulot dingue, en rachetant des terrains de motocross, par exemple, et en se levant véritablement le cul pour préserver la pratique de la moto. Mais si on cumule les pratiquants moto enduro, trial et cross, ça représente quoi ?  C’est aujourd’hui en tous cas seulement 10 000 motos neuves vendues par an. Une niche, et on risque d’y faire tomber le VTTAE. Ça sera également un signe fort pour tous les détracteurs du VTT, qui pourront s’appuyer sur ce rapprochement fédéral moto/VAE pour limiter la pratique. Et ,sur le fond, le VTTAE de 250W qui va à 25 km/h est bien un velo , pas une moto. Seuls ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent font une confusion. Donc à la FFM la moto; et à la FFC le vélo. Cette situation n’aurait jamais dû se présenter. »

Si demain, le VTTAE est géré par la moto, on est morts !

Une alarme que partageait quelques jours plus tôt George Edwards, instigateur des premières épreuves d’ebike voilà six ans et à la tête du championnat des E-Bikes Series : « Si demain, le VTTAE est géré par la moto, on est morts ! Déjà que le simple VTT, qui a pourtant une image de sport nature, pratiqué par des gens sensibles à l’environnement, est parfois borderline auprès des officines de gestion des espaces naturels et des propriétaires pour les demandes d’autorisation de passage lors des épreuves, mais si on rapproche VTTAE et moto, c’est fini. Il est impératif que la fédé de cyclisme fasse une “OPA” sur cette famille cycliste. Parce que ça reste du vélo ! »

Cette vision alarmiste d’une partie du monde du vélo, Frédéric Lambert dit ne pas l’avoir rencontrée durant son audit : « J’échange beaucoup et “le monde du vélo” est plutôt favorable à l’arrivée de la FFM dans les débats. » Un bon œil que l’on pourrait attribuer à l’intense action de préservation de la pratique opérée par la Fédération moto, tandis que dans le vélo, celle-ci émane plutôt de structures associatives, type Mountain Bikers Foundation qui, pour pertinentes qu’elles soient, souffrent de moyens insuffisants. “Qui va gérer la partie sportive du VTTAE ? Aujourd’hui, personne ne le sait, mais nous sommes ouverts aux échanges, pour l’intérêt des pratiques sportives motorisés. Et les réticences devraient être considérées, si elles étaient avérées. »

De son côté, la FFC semble avoir pris pleinement conscience de l’importance du moment. Car depuis ce matin, elle peut officiellement donner une position tranchée : oui, elle souhaite gérer le vélo à assistance électrique. Ce qui l’en empêchait jusqu’ici ? La vision (très issue du milieu de la route) que le VAE soit une forme de « dopage technologique » ; une forme de triche contre laquelle David Lappartient, le nouveau président de l’instance internationale, entend bien lutter. Mais il fait désormais ouvertement la part des choses, laissant ainsi la possibilité à la fédération française de cyclisme de candidater pour la gestion du VAE.

« Nous avons déposé une demande de délégation pour les composantes du sport loisir et santé en vélo à assistance électrique, précise M. Jacoté. La Fédération française de moto l’a fait également de son côté, mais pour l’heure, rien n’est tranché par le Ministère. Nous ne devons pas laisser passer ce train. D’autant que nous avons le soutien des industriels et des associations type Moniteurs cyclistes de France, Mountain Bikers Foundation – que nous allons réunir lors de tables rondes afin de définir le cadre législatif et réglementaire exact de ces compétitions, qui nous permettra peut-être, pourquoi pas ? d’envisager un championnat de France de VTTAE dès 2018 –, mais aussi, désormais, de l’UCI, qui accepte le principe de compétition en VTTAE – pour l’instant, il reste un veto sur la problématique des courses sur route en VAE, car cela reste assimilé à de la tricherie – et va faire un courrier en ce sens, afin de se montrer plus conquérante sur ce dossier. Car dès qu’on pédale pour avancer, on reste dans la définition réglementaire du vélo. »

Une conférence de presse dédiée à ce sujet et organisée par la Mountain Bikers Foundation se tiendra au Roc, le 5 octobre. La FFC a prévu d’y officialiser sa position et de préciser sa vision à cette occasion. Vojo y sera bien entendu présent et suit ce dossier de près.

Enquête réalisée par Elodie Lantelme

Publié dans News

Eddy Steiblé va quitter le Chouet' Bike Club pour tenter l'aventure avec Team Vosges VTT qui lui ouvrira sans doute les portes des courses des World Cup UCI.

Eddy Steiblé a débuté en compétition VTT en catégorie Poussin 2è année autrement dit depuis ses débuts à vélo. Il a enchaîné les catégories jeunes en participant 5 fois (sur 6 possibles) au TFJV avec l’équipe d’Alsace. Jusqu’en cadet sa discipline de prédilection était la descente " le cross-country était vraiment trop dur et trop épuisant". Par la suite il s'est décidé de se spécialisé en XC. Ses résultats en Junior World Series auquel il a pris part cette saison avec 3 top 50 et une 31è place et dans les 15 meilleurs Français révèle sans doute son vrai niveau. Le point le plus marquant dont il le plus fier, c’est d’avoir pu porter les couleurs de l’équipe de France sur la manche italienne de la World Séries : juste énorme !

Propulsé coach de l’équipe du Haut-Rhin au TFJV une expérience franchement top.  

img_0790"J’ai vraiment aimé, ça m'a  donné de l’expérience dans le coaching, une filière dans laquelle je vais peut être m’orienter après mes études en STAPS. Je ne pensais pas que ça pouvais me procurer des sensations pareilles. En tant que coureur je n’avais jamais ressenti autant de stress, même lors des grosses échéances, ça prouve bien que c’est un métier qui n’est pas de tout repos le job d’entraîneur !"

Eddy vas porter le maillot d’une nouveau team avec de nouveaux objectifs. 
Le coureur alsacien intégrera le Team Vosges VTT, un team UCI. C’est un team/club et c’est pour cela qu'il doit un peu à regret  quitter le club de son village. Les team reconnut par l’UCI ont l'avantage de pouvoir mieux placé leur coureurs sur la ligne de départ ce qui est indispensable si on souhaite  obtenir un résultat en course. L'objecti fixé est la participation à une Coupe du Monde, et cela passe par la réalisation de bonnes courses
au plan nationale et internationale pour obtenir le sésame les fameux  points UCI!

Avant de tourner la page Eddy souhaite encore  remercier tous ceux qui l’ont aidé durant toutes ces années: les encadrants ; les parents ; les partenaires ; les potes. C’est comme une grande famille !

 

 

 

Publié dans News

Le décret qui fixe les conditions de renouvellement de la licence sportive prévoit que la présentation d'un certificat médical est exigée lors d'un renouvellement de licence sur trois pour les licences permettant la participation aux compétitions et selon une fréquence déterminée par les fédérations lorsque cette licence ne permet pas la participation aux compétitions. 

JORF n°0242 du 16 octobre 2016 décret n° 2016-1387 du 12 octobre 2016 modifiant les conditions de renouvellement du certificat médical attestant de l'absence de contre-indication à la pratique du sport 

Consulter le décret n° 2016-1157 du 24 août 2016 relatif au certificat médical attestant de l'absence de contre-indication à la pratique du sport

Prendre connaissance des détails de cette réforme (note ministérielle)

Source: http://www.sportsdenature.gouv.fr/

Publié dans News

L’assemblée générale du Comité Départemental Cyclisme Haut-Rhin s'est tenue le 3 décembre  à Mulhouse. Un nouveau mandat de 5 ans était soumis au vote pour désigner le nouveau Bureau du Comité du Ht-Rhin qui a ensuite élu conformémément aux satuts le successeur d'André Denux à la présidence. Philippe Lambert  est  désormais le  représentants  des clubs Haut-rhinois. L’emblématique président du VC Sainte Croix en plaine succède à André Denux qui a Œuvré pendant 28 ans aux commandes du CD68, un comité qu’il a fait grandir et évoluer avec justesse et passion. Malgré le travail remarquable accompli par son prédécesseur, c’est un chantier de grande ampleur qui attend le nouveau « patron » du CD 68. Plusieurs axes ont été évoqués. Le nouveau  président souhaite  relancer le secteur routier qui est en souffrance dans le Haut-Rhin en s'appuyant  sur les écoles de cyclisme et prendre exemple sur le VTT qui dans le Haut-Rhin qui selon lui a réussi  à mutualiser les  énergies .  Au-delà des paroles, le Président Haut-Rhinois a déjà fait ses preuves aussi bien sur le vélo qu’en club puisqu’il a été longtemps coureur licencié en  à L’UCCA Munster , puis a développé le VC Sainte Croix en plaine et en parallèle dirigé pendant 10 ans le Comité régional FSGT de Cyclisme. Entre la philosophie et la réalité du terrain, la mission de Philippe Lambert ne sera pas simple, mais le charisme de ce dernier, doublé  d’un indéniable talent de rassembleur lui permettra de transmettre sa dynamique  à l’ensemble des pelotons  Haut- Rhinois et même Alsaciens, Tout cela bien sur en complémentarité avec  son homologue Bas-Rhinois Roland Mangin.

Publié dans News

 

Malgré le faible nombre d’engagés et la pluie tombée abondamment hier, le cyclo-cross de Saint-Bernard a offert un beau spectacle. La lutte à trois pour la victoire entre un Suisse, un Allemand et un Français, s’est conclue sur le succès de l’Helvète Fabian Obrist.

Publié dans News
Page 1 sur 15