Le plan vélo annoncé par le Premier ministre le 14 septembre dernier prévoit la généralisation progressive du marquage des vélos afin d’éradiquer le vol et le recel de vélos.
Des informations erronées circulent dans la presse et sur les réseaux sociaux depuis hier et sont démenties par le Gouvernement. 

Ci dessous l’analyse de la FUB sous forme d’un Vrai / Faux.

Le plan vélo prévoit le marquage systématique pour les vélos neufs.
VRAI ! Tous les vélos neufs mis en vente un an après la promulgation de la loi d’orientation des mobilités devront être marqués.

Le plan vélo prévoit l’instauration d’une carte grise pour les vélos.
FAUX !
 Il y aura uniquement un certificat de propriété du vélo afin de garantir sa provenance et de lutter contre le recel lors d’une revente. Il n’y aura aucun document à porter sur soi. A ce jour, il existe déjà le passeport BICYCODE®, remis au cycliste qui fait graver son vélo. Il s’agit d’un mode d’emploi lui permettant de sécuriser son enregistrement sur la base de données bicycode.org et d’une preuve de propriété de son vélo à transmettre lors de la revente.

Le plan vélo prévoit l’instauration d’une taxe pour obtenir sa carte grise.
FAUX ! 
Actuellement, le marquage coûte entre 5 € et 15 €, et est parfois gratuit. Il sert à couvrir les frais de gestion du service (base de données sécurisée, machine de marquage, main d’œuvre…).

Le plan vélo prévoit de forcer les cyclistes à enregistrer leurs vélos dans un fichier national.
FAUX ! 
Pour être efficace contre le vol, le système de marquage de vélos doit être couplé à une base de données nationale unique, sur laquelle les propriétaires de vélos sont invités à noter leurs coordonnées, permettant d’être contactés lorsqu’un vélo volé est retrouvé. Cet enregistrement est utile afin de vérifier en cas de doute le statut du vélo et de savoir s’il a été déclaré volé ou non. C’est déjà le cas avec la base de données BICYCODE®, qui est déjà accessible par les services de Police et de Gendarmerie dans le cadre d’une convention de partenariat avec le ministère de l’Intérieur depuis 2015. 

Le plan vélo prévoit une immatriculation des vélos, permettant de verbaliser le cycliste.
FAUX ! 
L’objectif poursuivi en marquant les vélos est uniquement la lutte contre le vol et le recel, afin d’une part de restituer le vélo à son propriétaire lorsqu’un vélo volé est retrouvé, et d’autre part d’éviter d’acheter un vélo volé et de devenir de fait un receleur. Sa vocation n’est absolument pas de faciliter la verbalisation des cyclistes.

Le plan vélo prévoit la généralisation du marquage de l’ensemble des vélos.
FAUX !
 D’ici 2020, en effet les vélos neufs devront être marquées par les vendeurs de vélos professionnels.
Pour les vélos d’occasion, ils ne devront être marqués qu’en cas de revente par un professionnel, à partir de 2021 (12 mois après les vélos neufs). Il n’y a pas d’obligation pour les ventes entre particuliers. Par contre, il est toujours recommandé à tout propriétaire de vélo d’occasion de le faire marquer afin qu’on puisse lui restituer en cas de vol, et lorsqu’il vendra son vélo, de  garantir qu’il n’est pas volé, et contribuer ainsi à la lutte contre le vol de vélos. ‘’C'est comme un vaccin, tant que peu de vélos seront marqués, cela ne protégera que ceux qui sont marqués, mais avec une masse critique suffisante de vélos marqués, cela aura un impact global sur les vols’’, précise Olivier Schneider.

Le plan vélo prévoit l’obligation d’assurer son vélo.
FAUX ! 
En revanche, si le vélo est marqué, l’assureur sera plus enclin à l’assurer contre le vol et à proposer de meilleures conditions. Certaines assurances exigent déjà le marquage des vélos (tout comme un bon antivol).

L’objectif du plan vélo est de lutter efficacement contre le vol et le recel de vélos grâce au marquage et au stationnement sécurisé.
VRAI !
 Atteindre une masse critique de vélos marqués est la seule solution efficace pour décourager les voleurs. Un vélo non marqué ne trouvera plus d’acheteurs et devrait mettre fin aux trafics de vélos volés. C’est l’objet des efforts de la FUB qui travaille sur le sujet de la lutte contre le vol depuis 2004, avec la création du marquage BICYCODE®. Seule une mesure nationale comme celle du plan vélo pourra décupler l’impact de cette action sur les vols.
Plus d’infos sur le marquage BICYCODE® sur www.bicycode.org

Quoi qu’il en soit, le projet de loi visant à généraliser le marquage des vélos doit être présenté au conseil des ministres avant la fin de l’année. Il doit être discuté et peut-être modifié par des amendements courant 2019 à l’Assemblée nationale et au Sénat pour une mise en application un an après, donc pas avant 2020.

 

Télécharger le communiqué de presse de la FUB.

Publié dans News
samedi, 22 septembre 2018 12:16

Prochain RDV de la Vélorution Mulhouse

Les cyclistes mulhousiens ont fêté leur rentrée mercredi 30 août dernier avec une ballade urbaine à vélo en début de soirée pour partager un moment convivial et sensibiliser sur la place du vélo en ville. 

Vélorution ! Derrière ce mot valise, se cache un mouvement international qui vise à donner aux déplacements cyclistes une place centrale dans les déplacements urbains. A Mulhouse, les rassemblements mensuels Vélorution, impulsés par les membres du Cadres (Cyclistes associés pour le droit de rouler en sécurité) en sont déjà à leur cinquième édition.

Rendez-vous tous les derniers mercredi du mois à 19h, devant le salon de thé Tilvist, 23, rue de la Moselle, pour une ballade urbaine et conviviale à vélo. L’occasion de partager un moment entre cyclistes mais également de porter les revendications de l’association pour un meilleur partage de l’espace public.

La Vélorution du 26 septembre rejoindra les cyclistes Riedisheimois de la " Faite du vélo" pour une petite ballade dans les rues de Riedisheim suivit d'une projection et d'un apéro débat.

Un seul mot d’ordre : « Amenez votre vélo et votre bonne humeur ! »

 

 

Gratuit – Plus d’infos sur les évènements facebook.   

Publié dans News

Premier plan vélo financé de l'histoire,  l'état Francais s'engage à budgetiser à hauteur de  50 millions d'Euros par ans sur une une durée de 7 ans le plan vélo pour d'honorer l'engagement de la France pour limiter les émanation de CO2. Objectif faire passé les déplacements domicile travail - école effectué à vélo du chiffre  actuel de moins de  3% selon les études à  environ 9% en  2027 ...soit un triplement des déplacements à vélo.

 

Olivier Schneider Président de la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) qui globalement admet que globalement c'est une mesure qui va dans le bon sens rappel cependant que les collectivités devront aussi apporter leur soutient en s'engageant au minima à hauteur équivalente. Car l'argent risque de ne pas suffir si on doit financer les infrastructures  urbaine et périurbaine  à finir ou manquante. 

Olivier Scneider au journal de 13.00 sur France Inter : "Il faudra veiller à ce que l'argent soit bien utilisé, je veut bien voir que le verre est à moitier plein mais parmis les mesure on parle également de la formation en milieu scolaire  de 900 000 jeunes ...  "....un est vrai défit !

Des mesures pour favoriser la pratique du vélo chez les Français, derniers de peloton comparés à nos voisins européens. C’est la philosophie du nouveau plan vélo, dévoilé ce vendredi par le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre des Transports Elisabeth Borne et le ministre de la Transition écologique François de Rugy. En tout 25 mesures sont prévues, dont voici les cinq principales.

 

Aujourd’hui, moins de 3 % des trajets domicile-travail se font à vélo et 58 % des personnes vivant à moins d’un kilomètre de leur travail s’y rendent en voiture, selon l’Insee. Le gouvernement veut créer un système plus simple que l’indemnité kilométrique facultative créée en 2016. Il va créer une indemnité vélo prise en charge par l’entreprise, sur le modèle de l’indemnité transports en commun.

« On n’est pas dans une logique d’obligation », explique Edouard Philippe dans une interview au Courrier de l’Ouest ?. Ce forfait, facultatif, pourra aller jusqu’à 400 euros par an. L’État de son côté, « en tant qu’employeur, va mettre en place (un) forfait de 200 euros pour l’ensemble de ses agents et ce, à partir de 2020 ».

 

Pour favoriser l’essor de la petite reine, le gouvernement va créer un fond de 350 millions d’euros sur sept ans pour cofinancer des infrastructures avec des collectivités, soit 50 millions par an. Un budget toutefois bien en deçà des 200 millions annuels qu’espéraient les associations de cyclistes. Ce budget servira à financer des ponts ou des tunnels au niveau d’échangeurs autoroutiers ou de rocades pour assurer la continuité des pistes cyclables.

Le plan prévoit également la systématisation en ville des sas vélos, ces espaces réservés aux bicyclettes entre les feux tricolores et une ligne où doivent s’arrêter les voitures. Le double sens cyclable, déjà obligatoire dans les zones à 30 km/h, sera étendu à toutes les rues à 50 km/h en agglomération, sauf en cas de danger avéré. 

Pour lutter contre le vol, chaque vélo, neuf ou d’occasion, sera doté d’un numéro d’immatriculation. Les modalités et le calendrier pour mettre en place cette obligation n’ont pas encore été précisés par le gouvernement.

Pour inculquer la culture vélo aux enfants, chaque élève entrant en 6e devra savoir rouler à vélo en autonomie, prévoit le gouvernement. Des programmes dédiés seront prévus en primaire autour de sa pratique et du code de la route.


 

La France en est à son troisième plan vélo en six ans. Les précédents, en 2012 et 2014, « comprenaient de bonnes idées mais pas d’éléments concrets de mise en œuvre et surtout pas de financement », explique Pierre Serne, président du club des villes et territoires cyclables.

 

Publié dans News

Lu ailleur dans 

e-mountainbike-magazine-logo-int-88

 

 

Un montant de 500 000 livres sterling sera mis à la disposition des particuliers et des entreprises sous la forme du nouveau Fonds de prêts pour le transport à faible émission de carbone, qui atténue le choc financier de l'achat d'un ebike avec des prêts sans intérêts allant jusqu'à 3 000 £. 700 000 £ est destiné à devenir un fonds de subvention ebike, afin que les conseils locaux écossais, les organismes du secteur public et les groupes communautaires puissent fournir des systèmes de pool ebike et l'infrastructure pour soutenir l'utilisation du vélo électrique pour les navetteurs et les acheteurs.Dans un mouvement espérant refléter le succès des journées de démo d'eMTB, les derniers 100 000 £ seront utilisés pour soutenir des événements de démonstration plus petits à travers le pays, ce qui aidera les futurs utilisateurs  à profiter de la technologie ebike pour un environnement plus sain et meilleur pour la santé.

Le financement a été annoncé avant le sommet sur le transport écossais à Glasgow par le secrétaire à l'économie rurale et à la connectivité, Fergus Ewing.
Ewing a déclaré: "Les Ebikes peuvent être un excellent moyen de commencer à voyager de manière active car ils offrent autant d'assistance que les besoins du cycliste. Ils permettent également aux gens de prendre des sacs lourds avec eux en utilisant des sacoches, des remorques ou en optant pour un vélo e-cargo en premier lieu. "

Maintenant, tous les besoins de l'Ecosse et du Royaume-Uni sont des conducteurs prévenants, des routes décentes et des pistes cyclables correctement planifiéepour fournir un réseau d'itinéraires aux nouveaux cyclistes qui souhaitent avant tous se déplacer en sécurité.

 

 

 
Publié dans News

Des vélos bien dans la ville

Place de la Concorde à Mulhouse, la saga Beha s’est arrêtée avec le départ à la retraite de Daniel, fin 2015. Mais depuis deux semaines, trois jeunes font revivre Cycles Beha, avec des vélos étonnants et des projets plein les sacoches.


Photos : Darek Szuster ,

L’équipe de Cycles Beha avec, de gauche à droite, Richard Bussillet, Kevin Usselmann et Ruchi Thuong. Photo  L’Alsace

Le 18 décembre dernier : Daniel Beha annonçait une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise c’était qu’il quittait sa boutique après plus de cinquante ans à réparer les vélos : la bonne qu’il avait trouvé des repreneurs dans le même domaine d’activité. Et puis surtout, le nom Cycles Beha restait au fronton du 18, place de la Concorde, même si depuis l’ouverture tout a changé. « C’est vraiment un nom qui a une histoire. Avec Ruchi, on a trouvé que c’était bien de le pérenniser. Et on l’a gardé. »Ruchi, c’est Ruchi Thuong et celui qui parle, Richard Bussillet, les deux investisseurs.

Depuis l’ouverture, l’équipe de Cycles Beha est complétée par Kevin Usselmann, mécanicien salarié qui officiait avant comme « Bikloutier », à domicile, rue de Belfort toujours à Mulhouse. « Vous savez ce que ça change de travailler ici ? questionne Kevin en terminant de régler un frein à disque sur un joli VTT. Maintenant, chez moi j’ai un salon-cuisine à la place d’un atelier-cuisine ! Et puis je travaille en plein centre-ville et j’ai comme patrons deux amis. C’est vraiment un luxe pas très courant ! » Kevin est donc à l’atelier pour les réparations courantes, les crevaisons énervantes ( « Max 10 € » , promet-il) les dérailleurs qui grinchent et les freins mous du genou.

Urbain et branché

« Mais on va aussi développer l’aspect personnalisation de vélos avec le montage d’accessoires. Puis, plus tard, on espère installer une cabine de peinture pour aller plus loin. » Plus loin et surtout davantage en direction des amoureux de la « kustom kulture » adaptée aux deux-roues non motorisés.

Cycles Beha version 2016 respire cette ambiance Kustom kulture, Revival, néo-retro, Urban street avec des produits décalés, étonnants et la marque italienne Cicli Blume en tête de gondole. « Cicli Blume, c’est vraiment une très belle marque italienne, décalée, haut de gamme. Ils font 5000 vélos par an à Vérone et les cadres sont fabriqués en Italie. Tout est italien, sauf le système de vitesse et les pneus. Surtout, ce sont des vélos totalement configurables selon ses besoins. On en a quelques-uns ici mais un client passe nous voir, configure totalement son vélo et le reçoit trois semaines après à la boutique » , détaille Richard Bussillet.

Forcément, la qualité et la rareté se payent et les prix oscillent entre 1000 et 3000 € le bijou sur roues. Bref, même en tenant compte de la « boboïsation » de la société mulhousienne et la multiplication exponentielle des hipsters, on reste sur un marché de niche, surtout dans une ville où il doit se voler un vélo tous les quarts d’heure… « C’est vrai que c’est un problème. Je pense que la municipalité devrait envisager d’installer un parking à vélos sécurisé en centre-ville, comme à la gare ou à Bâle et Fribourg » , poursuit Richard qui, à côté de Cicli Blume, diversifie son offre avec une marque pas vraiment inconnue des habitants de M2A.

« Des vélos Peugeot, ici, ça a du sens »

« On propose depuis l’ouverture les vélos Peugeot. Ils font des rééditions d’anciens modèles à des prix très corrects, des jolis vélos pour enfants. Et puis vendre des vélos Peugeot, ici, ça a du sens. On a des entrées de gamme à 325 €, des vélos électriques à 1250 € et ce sont des produits assemblés en France. Pour nous c’est important. »

Pour ne rien gâcher, les salariés PSA bénéficient d’une remise de 15 % sur toute la gamme. Cycles Beha propose également des vélos pliants Dahon et, dès la semaine prochaine, des étonnants gyropodes. « On ne fait que des produits urbains. Le VTT, le vélo de compétition ce n’est pas notre ADN. Et puis, il y a des gens qui font ça très bien. Nous, notre atout c’est le service, la proximité » , poursuit Richard, toujours dans l’attente d’autorisations pour pouvoir proposer des cafés, thés, pâtisseries… aux amoureux de la petite reine urbaine.

Du café dans le bidon

Mulhouse, comme de plus en plus de villes en France aura alors son café-vélo. On pourra s’asseoir dans la boutique ou sur une terrasse de la place de la Concorde et même partager un « p’tit noir » avec un certain Daniel Beha. Même à la retraite, il n’oublie jamais de passer à la boutique encourager la nouvelle équipe de Cycles Beha.

Texte : Laurent Gentilhomme 

 

Publié dans News

Le "PAMA" : Est un dispositif du Ministère des Transports « Plan d’action pour les mobilités actives »  présenté en mars 2014 par l'ex ministre Frédéric Cuvillier. Ceplan a été largement débattu au congrès mondial du vélo Velocity, à Nantes par Alain Vidalies, son successeur secrétaire d’État.

Parmis les mesures phare l'instauration de l'amende pour stationnement très gênant sur les trottoirs les pistes et bandes cyclables.

Le décret contient plusieurs autres mesures qui visent à faciliter les déplacements à pied et à vélo. Elles avaient été discutées courant 2013 et début 2014 par le cabinet du ministre, les services de l’État, le CVTC et les associations représentant les piétons et les cyclistes, notamment la Fédération des usagers de la bicyclette.

Pédaler au milieu de la rue. Désormais, les cyclistes ne sont plus tenus de respecter « le bord droit de la chaussée ». Ils peuvent donc légalement rouler au milieu de la rue lorsqu’elle est en sens unique, ou de la voie lorsque la rue est en double sens. Pour ennuyer les automobilistes qui appuient sur le champignon derrière eux ? Non ! Pour se prémunir d’une ouverture intempestive d’une portière.

 

Par ailleurs, le décret « Pama » généralise les « double-sens cyclables » dans l’ensemble des voies limitées à 30 km/h, et non plus seulement dans les zones 30. Ainsi, même une rue isolément limitée à 30 pourra être empruntée à vélo dans le sens inverse de la circulation automobile. Là encore, il ne s’agit pas de brimer les automobilistes, mais de favoriser les déplacements à vélo. Et ce type d’aménagement est sans danger, contrairement à une idée reçue.

 

 

 

Les sens interdits, faut-il le rappeler, avaient été imaginés et largement généralisés pour « fluidifier » le trafic automobile. Les autres mesures constituent essentiellement des points techniques et juridiques qui permettent aux services des municipalités de régulariser des pratiques déjà courantes ou de se protéger juridiquement.

 

C'est pas gagné. Reste désormais aux villes, et le cas échéant aux polices municipales, à verbaliser les contrevenants. Ce n’est pas gagné. Une élue d'une ville de 30000 habitants confiait récemment, sous le strict sceau de l’anonymat : « lorsque je me plains des voitures garées sur les pistes cyclables à l’adjoint en charge de la sécurité, il me répond qu’on ne va quand même pas embêter les gens ».

 

Olivier Razemon

Publié dans Reportage

 

 Un circuit sans voiture Des milliers de vélos à la fête

Les Strasbourgeois ont été très nombreux à se rendre à la Fête du Vélo dimanche 14 juin. Un circuit, interdit aux voitures, de 4 kilomètres au centre-ville leur avait été réservé.

Des quais sans voitures ?

Le quai des Bateliers et celui des Pêcheurs étaient réservés aux vélos dimanche après-midi pendant quatre heures à l’occasion de la fête du vélo. Leur réaménagement pérenne est dans tous les esprits, mais aucun calendrier n’existe pour l’heure.

 

Publié dans News

Le rendez-vous incontournable Parisien attend les amateurs de vélo vintage le 7 juin. La 7e édition de R B&B, Ride Béret Baguette, pour une ballade a travers les rues de Paris, une belle occasion pour s'encanailler le jour de la Fête du Vélo.

 

 

Publié dans News

La Fête du Vélo prendra ses quartiers quais des Pêcheurs à Strasbourg le 14 juin. La rue n sera entièrement réservé aux vélos, divers animations et ateliers permettrons de passer une belle journée en famille ou entre amis.

 

Publié dans News
vendredi, 24 octobre 2014 11:35

Atelier vélo Roue Pèt' à Guebwiller

L'association Roue Pèt' dispose depuis peu d'un atelier 9 rue de l'Ancien Hôpital à Guebwiller à quelques pas de l'Hôtel de Ville. Elle compte aujourd'hui 175 membres, dont une majorité de femmes, qui se mettent à l'autoréparation de leur vélo. Guillaume et d'autres membres bénévoles sont là pour accueillir les membres et leur donner des conseils, trouver des pièces récupérer dans la banque d'organes des vélos irréparables.   Des ateliers démontage, des animations des rencontres enrichissantes, des ventes de vélos d'occasion sont programmé  durant l'année.

 

Une petite cotisation (10€ - 20€ ) est demandée pour rejoindre l'association Roue Pèt' qui concrètement crée du lien et du sens autour du vélo. 

Horaires d'ouverture de l'Atelier Roue Pèt':

 

Jeudi      17h00 - 20h00
Samedi  10h00 -13h00

 

 

 

Publié dans News
Page 1 sur 3