En réponse aux manifestations de certains membres du Club Vosgien, des membres du Forum VTT Alsace, se sont retrouvés mercredi sur la place des Alliés de Masevaux-Niederbruck. 

 

Venus de toute la région, une centaine de vététistes ont répondu à l’appel lancé par Pierre Hinschberger de Colmar, initiateur du rassemblement organisé mercredi sur la place des Alliés à Masevaux-Niederbruck. Adultes, jeunes, enfants, licenciés ou non, ont investi les lieux pour revendiquer un changement d’attitude à leur égard. Dans une joyeuse concentration, ils se sont retrouvés pour partager le plaisir de pratiquer leur sport favori et profiter de la montagne. Mais c'est justement leurs passages réguliers sur les sentiers, notamment ceux entretenus par le Club Vosgien, qui posent problème, et qui, jusqu'à présent, n'ont pas trouvé de solution acceptable par tous. « Nous ne sommes pas des voyous qui détruisons les sentiers, expliquait Pierre Hinschberger, nous souhaitons partager les sentiers avec tout le monde, en respectant l’environnement et les marcheurs de randonnée... ». Sylvain Ehret, administrateur du Forum VTT Alsace, a précisé la position des vététistes, qui veulent réagir à la manifestation de certains membres du Club Vosgien de Masevaux le 31 mars dernier, et qui demandaient aux élus de faire interdire les VTT sur les sentiers. « Nous voulons montrer une image positive de notre pratique et dénoncer l’attitude de certains membres de Club Vosgien à l’égard des vététistes. Plus globalement, nous dénonçons les interdictions décrétés arbitrairement, sans concertation, sans échange ni dialogue avec les autres usagers ». Afin que cette journée ne soit pas que revendicatrice, une randonnée préparée par certains membres, a été proposée pour profiter de ce beau soleil de mai. Et pour éviter d’être trop nombreux sur les chemins et sentiers parcourus, les vétéitstes se sont répartis en cinq groupes de niveaux différents : les enfants sur un circuit de 18 km, qui offrait un dénivelé positif d’environ 450 m. Les adultes, eux, étaient dirigés vers la ferme auberge du Bruckenwald, la Haute-Bers, le Sudel et le Sattelboden. La vallée et la montagne sont à tout le monde, il suffirait que chacun y mette du sien pour pouvoir en profiter ensemble...

JMR 11/05/18

Publié dans News
Guillaume Koch n’a peur de rien. Photo Jérémie Reuiller

Guillaume Koch n’a peur de rien. Photo Jérémie Reuiller

Ancien descendeur de niveau international en VTT, Guillaume Koch n’a rien perdu de ses talents d’équilibriste : le Rouffachois a effectué une roue arrière avec un tandem sans les mains.

Guillaume Koch n’est plus ce compétiteur qui s’est hissé jusqu’à la 10 e place du général de Coupe du monde de descente entre 1996 et 1999. Le vététiste n’en a pas moins gardé son goût du défi. Aujourd’hui reconverti en responsable marketing France, Belgique et Luxembourg de Cyling Sport Group, distributeur des marques Cannondale, GT et Mongoose, le Rouffachois a fait fonctionner sa matière grise le 2 novembre dernier.

Quand l’éditeur du magazine du réseau de magasins de cycles Culture Vélo l’a sollicité sur le thème de l’amour, il a rendu une copie originale. Son entretien forcément décalé est illustré par une photo d’un baiser avec sa femme triathlète Carine, face à face sur un tandem, devant l’église où ils se sont mariés à Rouffach.

Hyper-actif, Guillaume Koch ne s’est pas limité à ce simple exercice de style, délicat en soi. Il en a effectué un bien plus acrobatique ensuite. Non seulement il a réalisé une roue arrière avec ce même tandem, mais il l’a en plus maintenu à l’équilibre un court instant… sans les mains. Une scène immortalisée par un ami photographe, Jérémie Reuiller, dans le vignoble.

« Pas de freins »

« En 2004, alors que je tenais un stand sur L’Ardéchoise, je m’étais déjà amusé à faire une petite roue arrière avec un vélo d’expo, s’est-il souvenu. Quand j’ai reçu le mail de Culture Vélo, alors qu’on était au bureau à Bâle, j’avais vu un de nos ingénieurs avec un tandem. Je lui ai demandé si je pouvais le lui emprunter. Mes collègues m’ont demandé ce que j’allais faire. » Imprégné de la culture VTT, Guillaume Koch a vu ses jeunes années refaire surface, une époque où il s’amusait à faire des roues arrières. Le temps de scotcher de la mousse au niveau de la fourche, pour que le guidon ne tourne pas, il était filmé par ses collègues.

« Le plus dur est qu’il faut partir avec le vélo débout, au point d’équilibre, commence-t-il à expliquer. Et avec la taille proche de 2 mètres 20 et le poids de 20 kilos, c’est difficile de rester dans ce polygone de sustentation. Comme je suis assis sur la selle arrière, je n’ai pas de freins. C’est hyper compliqué. Sur le plat, je peux tenir quatre cinq mètres. » Le Haut-Rhinois a répété plusieurs fois l’exercice de style, même dans la montée d’un garage sous-terrain.

Et de Bâle, Guillame Koch a emmené le tandem en week-end jusqu’à Rouffach pour se faire photographier. « Le décor n’était pas beau à Bâle. J’ai appelé mon ami photographe, qui était encore dans le Doubs le dimanche matin et qui est venu exprès l’après-midi chez mes parents. »

Guillaume Koch n’a pas fini de jouer du tandem, dont la production va être relancée. Après avoir vu le Slovaque Peter Sagan effectuer, lui aussi, une roue arrière, au sommet de La Planche des Belles Filles lors de l’étape du Tour de France 2012, l’Alsacien l’a sollicité avant de rejoindre Los Angeles aujourd’hui en vue de la présentation de l’équipe professionnelle sur route Cannondale ce week-end. « J’ai soumis le duel en tandem avec Peter Sagan, mais ce ne sera pas possible car trop risqué ! Je referai un autre essai. »

À 39 ans, Guillaume Koch n’a rien perdu de son grain de folie propre aux descendeurs. « Ça fait du bien de ne pas se prendre la tête. Mais au boulot, ils connaissent le loustic, ils s’attendent à tout. »

Publié dans News