Strasbourg accueillera  le premier salon dédié au vélo et à l’innovation technique autour du cycle en France, les 28 et 29 septembre 2019.

Strasbourg sera donc "The place where you have to be" pour toutes les activistes vélo , les entrepeneurs, les acteurs du tourisme et autres cintré de vélo....

Ce salon sera résolument tourné vers les innovations et nouveautés dans ce secteur. Pour le public, ce sera l’occasion de rencontrer les professionnels du cycle et discuter des avancées techniques, mais aussi de tester les vélos sur place et d’assister à différentes animations.
Le Mondial du Vélo Strasbourg a l’ambition de résonner auprès du public de l’Eurométropole de Strasbourg, une ville bien positionnée pour attirer un public averti au-delà de ses frontières.

De nombreuses conférences traitant largement la thématique vélo sont également programmées :

  • Innovations, numérique : comment sera le vélo de demain ?
  • Plan national vélo : quelles opportunités en Alsace ?
  • Les atouts des VAE pour les entreprises
  • Le vélo un levier de développement du tourisme en Alsace et outre-Rhin
  • Recyclage des vélos : état des lieux et perspectives
  • La place du vélo dans la ville de demain
  • Le vélo et l’insertion social

Facebook Mondial du Vélo

 

Addresse

Hall 5, Parc des Expositions
7 Place Adrien Zeller
67000 Strasbourg

 

Téléphone
06 10 94 20 96

 

Email
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Publié dans News
lundi, 10 février 2014 18:45

Vélo en bois des Vosges

Vélibois : le premier prototype de vélo en bois
 
 

Après le vélo en carton, découvrez le vélo fait de bois ! En phase d’être finalisé à Epinal, dans les Vosges, le Vélibois est le premier vélo urbain en bois à assistance électrique, dont la conception a demandé plus de quatre ans de travail. Cette innovation technique devrait devenir une bicyclette libre-service très prochainement.

Après plusieurs années de recherches exécutées par trois membres du CRITT Bois (le centre régional de l’innovation et des transferts technologiques), le prototype du Vélibois est né et a été testé. Sa commercialisation est prévue d’ici un à deux ans.

Comme le vélo en carton, le Vélibois est plus léger et absorbe mieux les chocs que l’aluminium utilisé jusqu’alors. Son cadre en bois creux, en l’occurrence du frêne, le rend particulièrement maniable et aérien. Les chanceux étudiants de l’école nationale supérieure des technologies et industries du bois sont les premiers à l’avoir testé. Les cobayes témoignent d’un confort étonnant dû aux pneus larges, et le décrivent comme aussi dynamique qu’un vélo classique.

L’objectif de ce vélo s’inscrit dans les critères du développement durable, permettant « une filière courte, locale, avec des ressources naturelles et renouvelables », explique Philippe Thiriet, l’un des porteurs du projet au CRITT. Cette région étant largement touchée par la crise, la filière bois est un des principaux moteurs économiques.

Le projet a tout de même rencontré quelques difficultés avant de pouvoir être mené à bien. La première innovation est d’avoir un cadre ouvert (comme sur les vélos pour femmes), ce qui posait un problème de collage entre le bois et les éléments en métal,  ainsi que sa capacité à supporter les phénomènes de torsion. Comme le bois a tendance à s’user, les spécialistes ont dû avoir recours à des logiciels complexes de modélisation en 3D et ont dû analyser comment les avions en bois étaient construits.

Résolument design, l’assistance électrique se fait discrète, placée sous le porte-bagage et la selle en caoutchouc est de couleur bois. Il pèse une vingtaine de kilos et coûtera environ 2500 euros prix public.

Vélibois sera-t-il notre Vélib du futur ? Si la priorité est de créer de l’emploi local, ce produit haute technologie compte bien conquérir les marchés de vélos en location libre-service dans d’autres villes.

Source : AFP

Publié dans News
lundi, 18 novembre 2013 09:33

Proto ... E-bike le coup du camouflage

Dans l'industrie du cycle on utilise  de plus en plus de process automobile. Exemple le camouflage lors des tests terrain...Pour info il s'agit d'un prototype Haibike pas vraiment bien dissimulé au yeux du public.

Publié dans News
Marc Wietzoreck customise des vélos depuis sept ans.

 

Avec leurs vélos pas comme les autres, ils ont créé la sensation à Strasbourg. Les fondus du tuning et du vélo, qui conjuguent leurs deux passions pour créer des vélos inattendus et parfois hautement improbables, s’étaient donné rendez-vous pour une virée de chaque côté du Rhin.

 

Côté vélos, ils en connaissent un rayon, les fondus de vélo custom. Et pas question de se dégonfler quand il s’agit de personnaliser son coursier. Dans les garages ou les cours, ça démonte, soude, allonge, renforce les cadres, ajoute des jantes et des roues larges. Avec la touche finale de peinture et de déco qui confère à la bête sa personnalité.

Le résultat ? Un deux – ou trois – roues, haut sur pattes ou au contraire au ras du sol, mais toujours avec une note de fantaisie joyeuse qui attire immanquablement un sourire admiratif et parfois une pointe d’envie chez le badaud.

« Ca fait sept ans que je suis tombé dans la marmite du tuning », explique Marc Wietzoreck, qui avait organisé, l’autre dimanche, une virée à vélos customisés à partir de Strasbourg, avec la participation de Lorrains venus de Metz.

« J’ai toujours fait du vélo. Un jour, j’ai goûté au vélo américain… » Aujourd’hui, Marc est venu avec son trike, un vélo muni de deux roues à l’arrière. Il l’a réalisé à partir d’un « beach biker », un vélo utilisé par les surfeurs pour rouler sur la plage et transporter leur planche.

 

« En France , poursuit-il, le custom vélo a commencé il y a environ huit ans. » Le 13 septembre prochain, la Custom Brigade, une communauté francophone du vélo custom, fêtera ses dix ans à Paris.

À côté de lui, Nicolas chevauche son vélo girafe. « Je l’ai fait à partir de trois cadres de vélos soudés ensemble explique-t-il. Deux cadres de VTT et un cadre de vélo dame ! » Cet agent de maintenance avoue s’être pris au jeu du vélo customisé « depuis que mon père m’a bricolé un chopper à partir d’un cadre de Solex ».

Un peu plus loin, un drôle de deux-roues muni d’une longue caisse en bois entre la roue avant et la roue arrière se fraie un chemin. Au guidon, Benjamin, soudeur professionnel et sculpteur. « Ce vélo, je l’ai fabriqué pour emmener mes trois enfants à l’école, de Neudorf à Illkirch. La caisse supporte 70 kilos. »

Tous reconnaissent que le vélo est devenu une philosophie de déplacement pour eux. « Le vélo , souligne Benjamin, je le conçois comme un objet d’autonomie et de liberté. »

Publié dans News