mercredi, 29 mai 2013 22:15

Nicolas Hartmann au départ du Championnat d'Alsace sur route

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Après sa dernière année professionnelle chez Bretagne-Schuller en 2009, Nicolas Hartmann avait encore couru une demi-saison chez les amateurs au VC Caladois. Archives Jean-François Frey

Photo Archives Jean-François Frey

Le championnat d’Alsace aura un partant de marque ce dimanche 2 juin à Lutterbach. L’ancien professionnel Nicolas Hartmann sociétaire du VCS Altkirch, ce sera sa première compétition officielle de cyclisme depuis 2010.

 

La marche est haute très haute, mais le potentiel de Nicolas Hartmann devrait l’aider à ne pas en tomber trop vite ce dimanche au championnat d’Alsace. Au départ de Lutterbach, le tracé présente la montée de Roderen et la côte de Rammersmatt qui conviennent bien aux qualités de grimpeur de l’ancien professionnel passé par les équipes Cofidis (2007-2008) et Bretagne-Schuller (2009).

Pour le représentant du VCS Altkirch présidé par son père Gilles, qui émarge en 3e catégorie, le rendez-vous régional de la saison sera sa reprise en compétition depuis le championnat de France amateurs, fin juin 2010. Autant préciser que le Sundgauvien de 28 ans n’a aucune chance de tenir la distance face à une concurrence aguerrie.

S’il n’est de loin pas resté inactif avec des courses à pied et du ski-alpinisme, pour présenter 72 kilos - soit seulement deux de plus que son poids de forme et quatre par rapport à son passage chez les pros- , Nicolas Hartmann n’a enfourché sa bicyclette que récemment.

« Un peu plus de 1000 kilomètres »

« C’était début avril , précise l’intéressé. Avec zéro kilomètre, je m’étais lancé le défi de faire Hirtzbach-Lausanne à vélo. Je ne suis pas allé au bout, mais je suis quand même allé jusqu’à Yverdon en passant par le massif jurassien et ses cols pour 150 kilomètres. Et aujourd’hui, j’ai un peu plus de 1 000 kilomètres au compteur ».

Adepte de technologies modernes, le Haut-Rhinois a tenté de retrouver des repères avec son compteur. « Grâce au programme Strava de mon Garmin, il y a des classements virtuels. Je me suis fait le col des Mosses à bloc pour voir. J’ai fait le quatrième temps. C’est comme ça que je fais mes intensités ». S’il ne s’attend pas à des miracles, Nicolas Hartmann ne débarque pas dans l’inconnu non plus ce dimanche. « Quand on reprend le vélo et qu’on ne s’entraîne pas beaucoup, on apprend à être humble , indique-t-il. Le vélo est un sport de travailleur. Au bout de trois heures, je suis fatigué comme quand j’en faisais six avant. Et le lendemain, je n’ai pas encore récupéré, alors que je pouvais encaisser entre 25 et 30 heures de vélo. Ce qui va me manquer le plus, ce sont les intensités et les à-coups. Je pense que j’ai une autonomie de deux heures et demie. Mais je vais être détendu au départ, j’y vais pour le plaisir et pour aider Arnaud Schlienger à finir premier espoir. Je le connais depuis qu’il est gamin, il sera encore plus content de me battre ».

« Je ne vais pas me laisser faire »

Sa participation au championnat d’Alsace n’était pas vraiment prévue. C’est une blessure au pied qui l’a écarté du championnat de France de la montagne au trail du Grand Ballon. « Comme j’étais à Hirtzbach, je me suis dit que j’allais y aller pour le fun , s’amuse-t-il Et comme j’ai un grand raid (VTT fin août en Suisse), ce sera un bon entraînement ».

Les adversaires de Nicolas Hartmann n’ont guère de souci à se faire pour le titre, même si l’intéressé affiche une certaine volonté : « Je ne vais pas me laisser faire, et si je peux lancer des coups… »

À bon entendeur…

le 29/05/2013 à 05:00 Gilles Legeard
Lu 3177 fois Dernière modification le jeudi, 30 mai 2013 12:50