jeudi, 16 avril 2020 21:29

Sortir du confinement grâce à la petite reine vélo

  • Utiliser son vélo pour respecter la distanciation sociale, la voilà la belle idée ! Encore faut-il que les aménagements urbains suivent.
  • C’est pourquoi la mairie de Paris, entre autres, réfléchit à la possibilité d’installer des pistes cyclables provisoires pendant la durée du déconfinement.
  • Tout en se gardant la possibilité de pérenniser le dispositif. Les voitures disparues pendant le confinement risquent donc de retrouver leur place à moitié occupée.

 

Article parut sur le site de 20 MINUTES

Le confinement n’empêche pas de penser le déconfinement. Et sur le sujet des mobilités en Ile-de-France, ça vire carrément au casse-tête. « Ce qu’il faut voir, c’est que les transports, c’est un goulet d’étranglement très important » pour la sortie du confinement s'est inquiétée ce mercredi sur France Inter, Valérie Pécresse, la présidente de la région. Parce que respecter les distances sanitaires de sécurité dans un wagon bondé du RER A, c’est digne d’un Rubik’s Kub à l’aveugle.

Fort heureusement, il existe des pistes (cyclables) pour y remédier. « Les déplacements à vélo permettent de conserver la distanciation sociale, note Christophe Najdovski, adjoint à la mairie de Paris en charge des transports. C’est la raison pour laquelle on veut favoriser ces déplacements qui ont aussi l’avantage d’être non polluants. » D’où l’idée de faire ce qu’on appelle de « l’urbanisme tactique ». L’élu nous en dit plus sur ce concept un peu brumeux : « L’idée est de faire des aménagements qui soient légers, rapides à mettre en œuvre et réversibles, c’est-à-dire que si ça ne fonctionne pas, on peut les retirer, et si ça marche, ça peut être pérennisé. » Concrètement il s’agit de mettre en place provisoirement des pistes cyclables supplémentaires.

La guerre de la chaussée

Et si cette idée avance, c’est aussi une question d’opportunités. « Quand le vélo doit prendre sa place sur la chaussée, c’est très difficile car la place est déjà prise, explique Dominique Riou, ingénieur au département transport-mobilité de l’Institut Paris-Région. Or aujourd’hui la rue est vide, et c’est peut-être l’opportunité pour gagner du terrain du point de vue des aménagements cyclables. » Qui va à la chasse, perd sa place, en résumé. Et le deux-roues peut aussi être une solution efficiente à la désaffection des transports en commun en raison de la crise sanitaire. « Il n’y a que la voirie qui peut compenser ce phénomène, juge Dominique Riou. Or le vélo se trouve être une opportunité d’augmenter au global la capacité de transport de la voirie, car là où sur une file de circulation, on va faire passer 700-800 véhicules/heure, on peut faire passer beaucoup plus de vélos, donc beaucoup plus de gens.

Suite de l'article

Lu 1209 fois Dernière modification le jeudi, 16 avril 2020 21:39