lundi, 04 mai 2020 13:13

VTT & VTTAE l’après 11 mai ?

Les différentes observations vont dans le sens du dé-confinement que l’on peut espérer pour le 11 mai prochain. Le Premier Ministre s’est exprimé devant l’Assemblée Nationale en des termes clairs : c’est l’objectif, à condition que les indicateurs de l’épidémie soient au rendez-vous des estimations sur lesquelles le gouvernement base sa stratégie de dé-confinement.

Si quelques jours avant le 11 mai, soit autour du 7 mai, le nombre de nouveaux cas par jour est redescendu à 3000, alors, le dé-confinement tel qu’il est esquissé dans la suite de cet article pourra avoir lieu. L’indicateur sur lequel le gouvernement indexe la mise en oeuvre du dé-confinement est ici très clair, et connu de tous. Les mesures qui permettent de l’atteindre aussi : ce sont celles du confinement actuel.

Plan de dé-confinement

Dans son discours, le Premier Ministre a balayé les différents secteurs d’activité qui seront concernés par les mesures favorisant une reprise à l’après 11 mai. Nous n’allons pas ici détailler l’ensemble de ce plan, mais bien entendu nous concentrer sur les points qui concernent la pratique du VTT et du VTTAE, au sens large du terme.

Pour l’heure, les mesures qui entreront en vigueur au 11 mai reposent sur 3 principes : apprendre à vivre avec la présence du virus parmi nous, reprendre progressivement nos activités en en maîtrisant l’intensité et l’étendue, et adapter les possibilités aux spécificités locales, à différentes échelles.

 

*Dé-confinement sous conditions

Dans tous les cas, les annonces du jour sont soumises à conditions. Outre celle d’avoir atteint les objectifs du confinement actuel quelques jours avant le 11 mai, le plan du gouvernement prévois de donner les moyens d’adapter la situation locale à la présence avérée ou non du virus.

Tout d’abord, avec des capacités de protection (port du masque), de test (pour détecter le virus en cas de doute/symptômes) et d’isolement (en quarantaine chez sois ou placé pour préserver sa famille) pour limiter la présence de porteurs au sein de la société.

Dans les faits, le gouvernement entend aussi prendre les dispositions législatives pour permettre d’établir une carte des départements à risque (rouges) ou non (verts). Les préfets et élus locaux auront alors la possibilité de prendre des dispositions pour limiter les pratiques, la notre y compris.

3 critères seront pris en compte pour indexer cette carte : le taux de nouveaux cas contaminés, les capacités hospitalières du moment, et les capacités de test suffisantes ou non. Trois indicateurs qui semblent en accord avec ce dont on peut se soucier pour savoir si l’on pratique en sécurité.

Lu 234 fois Dernière modification le lundi, 04 mai 2020 13:19