jeudi, 11 juin 2020 13:19

Transport - Un Français sur trois pourrait se déplacer simplement à vélo

Avec les conflits sociaux du début d'année, mais surtout avec le déconfinement, l'usage du vélo s’accélère en France. Mais jusqu'où ?
Par Pascal JALABERT
1 | Vu 508 fois
Des cyclistes à Paris devant le Louvre. Avec le déconfinement, la rue de Rivoli, l'une des artères majeures qui encadre le musée, a vu deux de ses voies réservées aux deux-roues. Photo Thomas COEX/AFP
 

Elle vient d’être sacrée nouvelle grande reine du déplacement urbain, elle porte le maillot... vert des programmes aux élections municipales dans les villes et elle est présentée comme le maillon fort de la chaîne anti-CO2. La bicyclette, personnelle, électrique, collective est-elle l’avenir du transport quotidien en France ?

La pratique a augmenté de 87% après le confinement mais elle reste peu développée : seulement 3% à 4% des déplacements quotidiens.

Nous avons enquêté et exploré les statistiques et les études en pesant tous les arguments.

L’exemple vient d’ailleurs

Aux Pays-Bas, à Rotterdam. Photo Robin UTRECHT/ANP/AFP

"Faire 10 km à vélo tous les jours pour se rendre au travail évite l’émission d’au moins 1,3 tonne de gaz à effet de serre par an et permet d’absorber cinq fois moins de gaz toxique qu’en se déplaçant en voiture"... Cette conclusion à une étude du King's College de Londres (2016) prouve que le vélo produit moins de carbone que tout autre moyen de transport. 

Et les Néerlandais et les Danois montrent que le vélo peut devenir le premier moyen de transport quotidien : 36% des actifs dans ces deux pays l’utilisent tous les jours. Ils sont seulement 3 à 4% en France, classée 19e sur 28 en Europe (la moyenne est de 8%, l’Allemagne s’approche des 10%).

 
Lu 177 fois Dernière modification le jeudi, 11 juin 2020 13:24