Afficher les éléments par tag : logistique

Le nombre de créations d'entreprise dans la vente en ligne et la livraison à domicile a fortement augmenté en 2020, profitant de la crise sanitaire, a rapporté vendredi 3 septembre l'Insee.

On savait que la pandémie, et les confinements successifs, avaient changé les habitudes Françaises et Français et profité au e-commerce, à l’image de la plateforme de bricolage ManoMano. L’an dernier, l’Etat lui-même a poussé les TPE à passer la cap avec une subvention de 500 euros qui permettait aux petites sociétés d’effectuer de premières ventes en lignes. De nouveaux chiffres macro-économiques confirment cette tendance. Le géant Amazon a même proposé de former les commerçants français à la vente en ligne.

Lire +

Publié dans Reportage

Lancé il y a un an, l’appel à manifestation d’intérêt InTerLUD (Innovations Territoriales et Logistique Urbaine Durable) a pour objectif d’accompagner 50 collectivités et leurs partenaires dans la co-construction de chartes de logistique urbaine durable. Une dynamique qui concerne aussi bien les grandes agglomérations que les territoires moins denses.....

Lire plus

logistiqueurbainefluxmarchandiseacteurstransportstockageactiviteseconomi

 

Publié dans News

De plus en plus d'entreprises investissent le créneau de la vélo - logistique.K-Ryole présent sur le marché français adopte la solution du triporteur avec son modèle utilitaire fortement inspiré de la Carla mais se différencie au niveau de l'implantation moteur. Le constructeur français à choisit de motorisé les deux roues placées à l'arrière de la  K-Ryole.

Publié dans News

Les marques de cyclisme se préparent à une croissance rapide du marché britannique des vélos cargo. Les ventes devraient exploser au cours de l'année à venir grâce aux initiatives gouvernementales et aux nouvelles infrastructures. Les nettoyeurs de vitres, les livreurs. Les nettoyeurs de vitres, les livreurs de lait, les fournisseurs de bière, les plombiers et les DJ enfourchent leur vélo grâce aux incitations du gouvernement britannique et aux nouvelles infrastructures qui donnent le coup d'envoi à une révolution à deux et trois roues.

Selon la Bicycle Association, environ 2 000 vélos-cargos ont été vendus au Royaume-Uni l'année dernière pour un usage commercial, et un nombre similaire a été vendu pour un usage familial et individuel. Les ventes de ces vélos, qui peuvent transporter des charges lourdes ou encombrantes, devraient faire un bond de 60 % au Royaume-Uni au cours de l'année à venir, selon l'association, stimulée par diverses initiatives au niveau local et national visant à réduire les émissions de carbone et les embouteillages.

Raleigh, l'une des plus grandes marques de bicyclettes au monde, a lancé cette semaine ses premiers vélos électriques de transport de marchandises, et le directeur général britannique de la société, Lee Kidger, prévoit que le marché britannique de ces vélos de travail sera multiplié par 15 d'ici cinq ans. L'entreprise de Nottingham n'a commencé à vendre des vélos-cargos qu'il y a quelques années, mais les ventes ont grimpé de 75 % l'année dernière.

M. Kidger cite l'Allemagne, où environ 100 000 vélos cargo sont vendus chaque année, et la France, qui en vend 50 000 par an, comme exemples de leur potentiel au Royaume-Uni.

"Les 16 derniers mois ont changé les habitudes et la vie des gens pour toujours. Nous sommes à la croisée des chemins et si nous agissons maintenant, nous pouvons réellement soutenir le changement pour un avenir plus durable", a déclaré M. Kidger.

La société s'est associée à la laiterie londonienne Jones Bros, qui a utilisé les vélos Raleigh pour tester les livraisons à ses clients du centre-ville, et au National Trust, qui utilise les vélos pour transporter des fournitures et du personnel sur 11 grands sites. Raleigh se mesure à des spécialistes bien établis du vélo cargo, dont Christiania, Tern et Babboe, qui appartient à Accell Group, la société mère de Raleigh.

Cependant, l'un des changements les plus importants et les plus visibles en faveur des vélos-cargos pourrait se produire dans le domaine de la livraison de produits alimentaires. James FitzGerald, cofondateur du groupe spécialisé dans la logistique E-cargobikes, explique que son entreprise, qui exploite actuellement une cinquantaine de vélos à Londres et effectue plusieurs milliers de livraisons par semaine pour Co-op et d'autres, prévoit d'avoir plus de 1 500 vélos d'ici avril 2023.

L'entreprise a travaillé avec plus d'un grand supermarché pour développer son propre vélo cargo, dont le premier sera produit au Royaume-Uni plus tard cette année. À l'avenir, elle vise à remplacer les camionnettes électriques pour les livraisons d'épicerie à domicile.

"C'est plus rapide, plus facile et moins cher", dit-il. "L'opportunité est massive".

Le développement s'accélère en partie grâce à l'investissement de 250 millions de livres du gouvernement dans les infrastructures pour la marche et le vélo. Le fonds de 2 millions de livres créé par l'Energy Saving Trust en Angleterre l'année dernière, et les prêts et subventions supplémentaires accordés en Écosse pour aider les entreprises et les autorités locales à acheter des vélos-cargos, sont complétés par une série de subventions et d'incitations locales dans des villes telles que Nottingham, Coventry et Cambridge.

Afin de lutter contre les embouteillages et la pollution, Londres et d'autres villes créent des centres de livraison locaux, où des camionnettes peuvent déposer de grandes quantités de marchandises qui peuvent ensuite être récupérées et livrées à vélo. La demande de livraisons à faible émission de carbone de la part des consommateurs et des entreprises ayant des objectifs environnementaux à atteindre stimule également le marché.

Amazon s'est déjà associé à la ville de Londres pour créer un centre de vélos électriques, tandis que Henry Jones, de Jones Bros, indique que l'entreprise prévoit d'acquérir jusqu'à quatre vélos-cargos qu'elle espère utiliser pour livrer ses produits à partir de centres situés à la périphérie de la ville.

"Nous revenons à ce que nous faisions il y a 100 ans", a déclaré Jones. "L'un des grands avantages est qu'une grande partie de notre flotte de livraison ne peut pas se rendre à l'intérieur de la M25 [à cause de la pollution ou des embouteillages]. Les vélos-cargos le peuvent et les clients bénéficient d'un meilleur service."

Will Norman, commissaire londonien chargé des déplacements à pied et à vélo, indique que des recherches menées par Transport for London ont révélé que jusqu'à 14 % des trajets effectués par de petites camionnettes pourraient être effectués à vélo à la place, notamment dans les parties encombrées de la ville.

Transport for London a mené des essais avec des entreprises de construction, dont Sir Robert McAlpine, Morgan Sindall et FM Conway, afin d'utiliser des vélos-cargos à la place des camionnettes pour livrer certains outils et petits équipements dans le cadre de grands projets tels que Crossrail et HS2.

"Nous avons l'impression d'être à l'aube d'une révolution. Cela permet de gagner du temps et de l'argent et c'est meilleur pour l'environnement", a déclaré Norman.

Source : The Guardian - https://www.theguardian.com

Publié dans Reportage

Vous êtes un professionnel, un artisant, une TPE/PME, une grandes entreprises ou une collectivités territoriale. Vous souhaitez  adopter le bon réflex dans votre entreprise et faire une démarche pour préserver l'environnement. 
V- Logistique vous propose d'opter pour des trajets en vélo ou vélo-cargo à assistance électrique, plus rapides et propres, dans tous les environnements urbains.
lé.

L’UNION sport & cycle vient d'être désignée lauréate du dispositif des Certificats d'Economie d'Energie (CEE), pour expérimenter de nouvelles formes de transport pour les entreprises. Ce projet, V-Logistique, vient soutenir artisans et entreprises pour une transition vers des transports et un déplacement durables.

Pour rappel, les CEE, sous l’égide du ministère de la Transition écologique et solidaire, ont été mis en place en 2005 par la loi POPE (Programme fixant les Orientations de la Politique Energétique). Attribués aux entités (particuliers, entreprises, collectivités...) qui réalisent des travaux d'économie d'énergie, ils sont financés par les fournisseurs d'énergies et distributeurs de carburants. 

Le programme V-Logistique mis en place par l’UNION sport & cycle a ainsi été retenu dans ce cadre et cette volonté d'économie d'énergie. Le concept ? Expérimenter un dispositif de substitution de véhicules à propulsion thermique de tous types (scooter, voiture, utilitaires...) utilisés lors des opérations de livraison dite du « dernier kilomètre » ou dans la réalisation de services (artisans, dépannage à domicile, etc.) par des vélos à assistance électrique ou des vélos cargo à assistance électrique. 

Un projet qui fait sens quand on connait le poids de la logistique dans les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui, le transport représente en effet à lui seul environ 27% des émissions de gaz à effet de serre en France (source : Commission des comptes des transports de la Nation, 2014).

Concrètement, ce projet s'adresse à des entreprises (artisans mais aussi TPE, PME et grands groupes) ayant une activité nécessitant des déplacements du « dernier kilomètre » réguliers pour des livraisons ou interventions de proximité. Autrement dit, le projet s'adresse à des structures exerçant dans des zones géographiques réduites et généralement dans des environnements urbains denses, touchées à la fois par des difficultés de stationnement, par une production d'émissions de gaz à effet de serre et qui voient l’énergie occuper une part importante dans leur budget.

Avec cette flotte d'environ 1100 vélos, l’UNION sport & cycle, via ce programme, apportera une impulsion sans précédent à cette thématique de la logistique vélo. Elle pourra s'appuyer sur la construction de référentiels, d'indicateurs de performance et de satisfaction pour évaluer de de façon quantitative et qualitative l’impact de la mise en place de ces services vélos.

Ce programme V-Logistique, novateur et ambitieux piloté dans son intégralité par l’UNION sport & cycle pourrait faire référence à l'avenir afin d'envisager des solutions de mobilité active pour certains types d’opération de livraison et de trajet professionnels.

Plus d'informations sur : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/francois-rugy-selectionne-troisieme-serie-6-nouveaux-programmes-deconomies-denergie-portant-34

L’UNION Sport & Cycle est la première organisation professionnelle du secteur du sport. Elle a pour principal objet la représentation officielle de toutes les entreprises industrielles et commerciales du secteur économique des articles et équipements de sports, de loisirs, du cycle et de la mobilité. Elle fédère 1 400 entreprises représentant plus de 500 marques, 80 000 salariés, et 11 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé.

’UNION Sport & Cycle est la première organisation professionnelle du secteur du sport. Elle a pour principal objet la représentation officielle de toutes les entreprises industrielles et commerciales du secteur économique des articles et équipements de sports, de loisirs, du cycle et de la mobilité. Elle fédère 1 400 entreprises représentant plus de 500 marques, 80 000 salariés, et 11 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé. Sport & Cycle est la première organisation professionnelle du secteur du sport. Elle a pour principal objet la représentation officielle de toutes les entreprises industrielles et commerciales du secteur économique des articles et équipements de sports, de loisirs, du cycle et de la mobilité. Elle fédère 1 400 entreprises représentant plus de 500 marques, 80 000 salariés, et 11 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé.

 

Publié dans News

Les  vélos cargo électriques sont des  véhicules qui vont potentiellement révolutionner le transport de marchandises en ville, en libérant les routes des camions bruyants et encombrants.

Foodlogica, vélos électriques cargo

De nombreuses entreprises proposent déjà de tels services, même avec de simples vélos (non-électriques). L’assistance du moteur permet évidemment d’augmenter considérablement la capacité de charge, rendant ces moyens encore plus compétitifs. Les vélos cargo électriques, comme tous les vélos, peuvent bénéficier de la présence d’un écosystème urbain qui répond aux nécessités des cyclistes. Des villes comme Amsterdam sont ainsi à la pointe, permettant la création de nouvelles entreprises et donc d’emplois.

La municipalité d’Amsterdam, dans le but de rendre les rues de la ville encore plus habitables, voit un grand potentiel dans l’amélioration du système de la distribution alimentaire. Chaque année, les véhicules utilisés pour la distribution de nourriture à Amsterdam parcourent un total de 24 millions de kilomètres. Il y a quelques mois, un document sur ces questions a été présenté, dont le but est de promouvoir l’utilisation de moyens plus respectueux de l’environnement.

Il est vrai que l’on voit de plus en plus de camions électriques, qui résolvent le problème de la pollution de l’air dans les villes. Toutefois, il s’agit de véhicules grands et lourds, souvent inaptes à circuler dans les rues étroites d’une ville aux origines très anciennes, conçue à l’époque où les voitures et les camions n’étaient pas même concevables.

Dans ce domaine veut s’insérer Foodlogica, une nouvelle société qui utilise des tricycles électriques pour la distribution de la nourriture localement. Deux tricycles sont rangés dans un conteneur placé dans un point stratégique de la ville, à proximité des fournisseurs de produits alimentaires. Les conteneurs sont équipés de panneaux électriques pour recharger les batteries de vélos électriques avec lesquels les marchandises sont distribuées. Foodlogica ne possède actuellement qu’un seul conteneur, mais le projet est d’arriver à 4 en un an.

Foodlogica veut aussi être une plate-forme pour unir les distributeurs et les consommateurs d’aliments cultivés de manière durable. Ce sont souvent les premiers utilisateurs des services offerts par la compagnie fondée par Francesca Miazzo. Elle est aussi l’un des co-fondateurs de CITIES Foundation, une organisation dédiée à l’analyse et la recherche sur l’environnement urbain.

Les tricycles électriques peuvent être utilisés pour déplacer des charges d’environ 225 kg (le poids total, cycliste compris, est de 300 kg), avec des dimensions maximales de 120 x 80 x 140 cm. Foodlogica est à la recherche de personnes qui veulent travailler sur le projet, prêts à pédaler entre 3 et 10 heures par semaine. Les tricycles électriques Foodlogica peuvent également être sponsorisés par des entreprises qui souhaitent communiquer sur les questions environnementales.

Portail d'informations, actualités et guide de l'achat de vélos électriques

Publié dans News
 
 

L'objectif de cette enquête débuté en septembre est de mieux connaître l’organisation des déplacements, les difficultés et les avantages liés à la pratique du vélo en ville ou en milieu périurbain.
L’enquête s’adresse à toute personne de plus de douze ans circulant à vélo de façon régulière ou occasionnelle. Elle est ouverte jusqu’au 1er novembre prochain.


Lien vers l’enquête en ligne

Publié dans News