C'est avec un peu de retard par rapport à d'autres  ville que le duo Rottner Trimaille rament pour remettre  Mulhouse et leur liste municipale dans la course en dévoilant  les futurs CORONAPISTES qui seront progressivement mis en place à partir de la semaine 22 jusqu'à fin août . La municipalité prévoit l'aménagement de 15 km d'axes cyclables "continus et sécurisé"  et en prime l'abaissement de la vitesse à 20km/h dans l'hyper centre.

Philippe TRIMAILLE, adjoint au maire de Mulhouse et délégué à la mobilité avait convoqué les médias locaux, mercredi 20 mai, pour faire un point de presse et déroule " la Ville de Mulhouse n'improvise pas …" il nous explique que tous était prévus mais que çà met plus de temps  "on travaille dessus depuis des semaines avec les équipes des services "  et poursuit "des aménagements cyclables qui vont être mis en place à Mulhouse suite au déconfinement" .

Hasard du calendrier un dossier consacré au vélo a été publié deux jours précédent dans les pages du quotidien local ….bien entendu aucun rapport avec cette petite action précipité de com autour du vélo !

L’objectif est de créer deux axes complets et sécurisés, reliant le pont de Bourtzwiller au pont de Riedisheim d’une part et le quartier du Drouot aux Coteaux d’autre part. « Transformer l’ambiance de la ville, l’apaiser, la rendre plus silencieuse… Le vélo et les transports en commun permettent de le faire », explique le premier adjoint au maire Jean Rottner également présent. Et si, de l’aveu de Philippe Trimaille, « les Mulhousiens n’ont pas attendu pour s’approprier les dispositifs qui existent déjà », ces derniers vont être largement renforcés et complétés.

S’appuyant sur des tronçons cyclables existants, la Ville  ainsi, dès la semaine prochaine, créer une quinzaine de (kilomètres) de CORONAPISTES - Mulhouse que vous pouvez télécharger ici d’axes cyclables sécurisés

Pour ce faire, des bandes cyclables vont être élargies, des rues placées en sens unique, des voies neutralisées… Mais pas seulement : « La vitesse sera limitée à 20 km/h dans toutes les rues du centre-ville, pour sécuriser les cyclistes et les piétons, expose Philippe Trimaille. Il y a une attente que l’on a mesurée, en consultant la population pour voir ses attentes en matière de déplacements au moment du confinement. »

transports-le-velo-se-deconfine-carte

                          http://www.alsace-velo.fr/reportages/item/2448-carte-des-coronapistes-mulhouse
DR

 

Les participants à la concertation, mise en ligne sur mulhousecestvous.fr, ont ainsi été majoritairement favorables à la neutralisation d’une partie de la voirie sur certains grands axes, pour favoriser les déplacements à vélo. « Il ne s’agit pas de semer la pagaille dans la ville », rassure Philippe Trimaille, qui annonce aussi des expérimentations à moyen terme, de mi-juin à mi-août, toujours en concertation avec les habitants. « Nous allons renforcer le dispositif de manière progressive et contrôlée, avec la possibilité pour les habitants de donner leur avis en permanence. Dans le même temps, un comité de suivi réunira des représentants de tous les conseils participatifs, des techniciens, des élus, des représentants associatifs… »

Ces expérimentations concerneront notamment le pont de Bourtzwiller, avec la libération au profit du vélo d’une voie de circulation dans les deux sens. Suppression de voies également du côté de la Porte de Bâle ou de la rue Lefèbvre. « C’est très technique, il ne s’agit pas non plus de supprimer des voies de bus », confie Philippe Trimaille. « Ce qui est intéressant, c’est de tester en direct, avec les Mulhousiens, pour trouver la meilleure formule possible, complète Jean Rottner. Le vélo est un bon moyen pour vivre la ville autrement ! »

Si l’accent est mis sur le vélo en cette période de déconfinement, Jean Rottner et Philippe Trimaille insistent sur l’importance des transports en commun. « La crise ne doit pas faire une victime de plus, les transports en commun, qui sont les moins polluants », souffle l’adjoint délégué aux Déplacements urbains. Et Jean Rottner de conclure : « Des efforts sont faits dans les transports en commun pour accueillir ceux qui les utilisent, il s’agit d’être dans la prévention ! »

 

Publié dans News

Le 11 mai, une crise de la mobilité va s’ajouter à la crise sanitaire. Pour éviter le retour massif de la voiture et une pollution accrue, les associations de cyclistes et de piétons se mobilisent activement. Elles proposent des solutions pour alléger les transports collectifs et limiter le recours à l’automobile individuelle. De nombreux aménagements piétonniers et cyclables sont déjà à l’étude mais certaines problématiques se posent encore. Parmi celles-ci, la mobilité des enfants n’est ni la moindre, ni la plus étudiée.

«Et le transport des élèves, on en parle quand ?», questionne l’Association nationale pour les transports éducatifs de l’enseignement public. L’Anateep rappelle qu’un élève sur trois utilise aujourd’hui un transport collectif entre son domicile et l’endroit où il est scolarisé. «Un angle mort» qui représente la bagatelle de 4 millions de scolaires, soit 8 millions de trajets quotidiens. Alors que les inquiétudes se multiplient autour des transports en commun, leur usage par les plus jeunes soulève beaucoup de questions. Mais c’est un problème plus général : les déplacements des plus jeunes intéressent peu de monde.

Ainsi, la part de l’automobile dans les trajets domicile-école n’a cessé d’augmenter ces dernières décennies. En 30 ans, les trajets à pied des enfants de plus de 6 ans ont diminué de 20%, et ceux en vélo de 60% alerte l’Onaps. L’Observatoire de l’activité physique et sportive estime que 49% des enfants de 3 à 10 ans et 30% des 11-14 ans sont désormais amenés en voiture à l’école par leurs parents.

L’accompagnement des enfants se fait la plupart du temps sur le chemin du travail. Pour que les parents se reportent sur le vélo, il est indispensable que les enfants puissent pédaler avec eux.

Suite de l'article https://www.maisonduvelolyon.org/deconfinement-lenjeu-central-de-la-mobilite-des-enfants/

Publié dans News

 

 

Le Guide pour une mobilité quotidienne bas carbone édité par Le Shift project promeut  un système cohérent d’alternatives à la voiture en solo dans les zones de moyenne densité, c’est-à-dire les périphéries des villes. 

Ils proposent pour cela 3 axes à mettre en oeuvre conjointement : 

  • Déconstruire de « système voiture »
  • Développer un système de modes actifs et partagés
  • Susciter et accompagner le changement de comportement.

Tout cela concerne évidemment plus les élus communautaires que les conseillers d’opposition de nos villages, mais donne en même temps une excellente culture générale sur le sujet. La synthèse incite par exemple à « mettre en place une politique cyclable cohérente, fondée sur les usages » et le développe en une dizaine de points. 

Le propre du Shift est de ne pas penser vélo à priori mais bas carbone, c’est à dire penser l’objectif avant les moyens. C’est pourquoi on y parle marche à pied, covoiturage, comportements, évaluation…

La synthèse de cette étude est disponible ici .

Publié dans News

 

« Vélo doux » est une nouvelle manifestation dans le paysage mulhousien pour mettre là l’honneur la mobilité douce.

Le collectif qui porte cet événement a proposé à l’AFSCO et à d’autres partenaires mulhousiens d’organiser un circuit à travers la ville. La participation de l’AFSCO ne pouvait se faire qu’en musique !

The-Yokel

The Yokelnous fait le plaisir de jouer en plein air cette fois et de se sonoriser uniquement avec l’énergie des vélos de « Pédale tes watts », une association qui installe des vélo-générateurs en guise de source d’énergie pour la sonorisation des spectacles.

velo-doux-6-octobre

Infos:

Horaires :

Dimanche 6 Octobre 2019 de 11h à 17h

Entrée libre

Petite restauration sur place

Afsco Espace Matisse - Mulhouse 68200 Mulhouse

Renseignements :

 

Publié dans News

Le COPIL de la ville de Riedisheim propose une nouvelle édition de "Faites du vélo"  en collaboration avec Les  Poto'Cyclettes , le CADres Mulhouse le SREG sur place on retrouvera également Jeremy  Lamusik le troubadour de l'événement.
 

"Les Poto'Cyclettes" proposent une bourse aux vélos, l'occasion pour certain de mettre en vente un vélo dont - il n'ont plus d'usage et à d'autres d'acquérir un vélo qui corresponde à leur recherche.
Pour cette première à Riedisheim "Les Poto'Cyclettes" feront exceptionnelemnt cadeau des frais de dépôt et des pourcentage habituel sur le prix de la vente pour motiver les habitants de la ville et des alentours à venir proposer leur vélo à la vente. 

Le CADres Mulhouse propose une petite ballade de 3 à 6 km pour se remettre en selle et réapprendre les bon réflexes du cycliste  dans la  circulation.
 

Le SREG et son école VTT  propose un parcours de maniabilité VTT 
 

Médiacycles vous informera sur ces services , locations vélos, gardiennage et marquage antivol

L'association Mountain Bikers Foundation informera le public sur les bonnes pratique à VTT en milieu naturel  et  proposera une  animation draisenne pour les enfants de 3 à 6 ans 

Date et horaires :  samedi 30 mars  9h00 -13h00

Lieu : Centre Technique Municipal 14 rue de la Paix à Riedisheim 

Règlement de la Bourse aux vélos de Riedisheim (PDF)

Buvette et petite restauration sur place
 

Publié dans News

 

Plus des trois quarts des 565 vélos à assistance électrique acquis au printemps par Mulhouse Alsace agglomération sont déjà loués, par des habitants de 37 des 39 communes membres.

Aujourd'hui 05:00 par François FUCHS , actualisé à 07:52 Vu 4432 fois
L’association Médiacycles, à la gare de Mulhouse, assure la gestion des locations et l’entretien des vélos à assistance électrique de M2A. On voit ici à l’œuvre Didier Ernst, technicien cycles.  Il reste des vélos à louer, au tarif de 37 € par mois. À l’achat, en individuel, ce modèle vaut entre 1700 et 1800 €.  Photo  L’Alsace/Vincent Voegtlin
L’association Médiacycles, à la gare de Mulhouse, assure la gestion des locations et l’entretien des vélos à assistance électrique de M2A. On voit ici à l’œuvre Didier Ernst, technicien cycles. Il reste des vélos à louer, au tarif de 37 € par mois. À l’achat, en individuel, ce modèle vaut entre 1700 et 1800 €. Photo L’Alsace/Vincent Voegtlin
 

Les tout premiers des 565 vélos à assistance électrique (VAE) acquis par Mulhouse Alsace agglomération (M2A) ont été livrés à leurs utilisateurs fin mai dernier. Un mois plus tard, fin juin, 523 de ces deux-roues étaient déjà loués, soit 92,5 % du parc. « Ça dépasse largement la vitesse de location que nous avions planifiée, c’est un super succès ! » , se réjouit Denis Rambaud, vice-président de M2A en charge des transports et mobilités. Qui souligne : « En matière de déplacements, c’est des parts de marché qu’on prend à la bagnole. »

Après le premier mois, 84 personnes ont rendu leur vélo. L’une ou l’autre a trouvé le modèle trop lourd, avec ses 27 kilos. Ou réalisé qu’un VAE, ce n’est pas un cyclomoteur : le moteur permet de limiter très amplement l’effort, mais même actionné au niveau le plus élevé (il y en a cinq), il faut quand même pédaler ! «  L’assistance électrique, c’est comme le Viagra, ça reste une assistance, ça ne fait pas tout !  » , compare avec humour Daniel Kelai, le président de l’association Médiacycles, à qui ont été délégués la gestion et l’entretien des VAE (lire ci-dessous).

Les 40-60 ans surtout

D’autres des 84 personnes qui ont rendu leur VAE au terme du premier mois de location l’ont fait juste le temps des grandes vacances et vont en relouer un en septembre. D’autres encore ont été tellement convaincus par l’expérience qu’ils ont décidé d’acheter leur propre VAE. Mais surtout, près de 440 des VAE de M2A - 439 précisément en milieu de semaine dernière, soit 77,7 % du parc - restent loués, preuve s’il en faut que ce deux-roues à assistance électrique est largement apprécié par ses utilisateurs. « Pour des salariés qui travaillent à 5 ou 10 km de leur domicile, par exemple, c’est formidable. Je connais aussi des retraités qui en louent et il faut les voir, ils s’éclatent ! » , raconte Daniel Kelai (lire aussi les témoignages ci-contre).

Les VAE de M2A ont déjà trouvé des adeptes dans 37 des 39 communes de M2A, précise Denis Rambaud. Mulhouse arrive en tête (logiquement compte tenu de sa taille), mais avec 28 % des locations alors que ses habitants pèsent pour près de 40 % de la population totale de l’agglo. Riedisheim (dont beaucoup de rues sont en pente !) arrive en 2e  position avec 9 % des vélos loués. Brunstatt-Didenheim, Pfastatt (5 % chacune) et Rixheim suivent. Les utilisateurs des VAE sont très majoritairement dans la tranche d’âge 40-60 ans. « Il n’y a quasiment pas de moins de 30 ans et il y a seulement 15 % de plus de 62 ans, l’âge légal de la retraite » , observe le vice-président de M2A. Qui signale par ailleurs, avec satisfaction : « Jusqu’ici, on n’a eu aucun cas de dégradations. »

126 vélos disponibles

À ce jour, il reste donc 126 VAE de M2A disponibles à la location, qui coûte 37 € par mois, entretien du vélo compris (une caution de 800 € est aussi demandée au départ, mais elle n’est pas encaissée). Et après le rush de juin, où il a fallu livrer en peu de temps un grand nombre de gens, il est actuellement possible d’obtenir un vélo très rapidement : « Quelqu’un qui vient actuellement chez Médiacycles peut repartir quasi instantanément avec son vélo » , fait valoir Denis Rambaud.

Deux développements sont déjà envisagés pour le parc de VAE de M2A. L’un est acté : intégrer la possibilité de louer ces vélos pour les futurs usagers du Compte mobilité que se prépare à lancer M2A. L’autre est encore à un stade moins avancé, mais va être étudié : « Pour le moment, la location de ces vélos est individuelle et au mois. L’idée serait de pouvoir proposer aussi de la location de moyenne ou longue durée pour des collectifs » , explique Denis Rambaud. Autrement dit, de louer des VAE à des entreprises, des collectivités, des hôpitaux, etc. pour qu’ils les mettent à disposition de leurs salariés. « Ça nous conduirait peut-être à acheter des vélos en plus. »

SE RENSEIGNER Médiacyles, 16 bis avenue du Général-Leclerc à Mulhouse (à la gare), tél. 03.89.45.25.98.

Publié dans Reportage

Débat de Midi sur France Inter : On a parlé de vélo, de mobilité,de la place de la petite reine en milieu urbain et dans les campagne. 

Dans quelques semaines, le gouvernement doit présenter un plan vélo dans le cadre de la loi d’orientation sur les mobilités qui sera discutée à l’automne. Un plan comportant des mesures qui devraient favoriser l’utilisation du deux roues en France. Il est vrai que notre pays dans ce domaine se traine en queue de peloton en Europe. Alors que les trois-quarts d’entre nous résidons à moins de 5 km de notre lieu de travail, le vélo ne sert seulement que pour 3% des déplacements des Français.

#débatdemidi  Société ​transports ​vélo ​développement durable particules fines 

 

·   

12h06
Le débat de midi

 

À Bourg d'Oisans les vélos électriques sont incontournables chez les loueurs

4'29

LE ZOOM DE LA RÉDACTION

Nouveaux tourismes (2/5) : gravir les cols du Tour de France en vélo et sans entraînement c'est possible

07 août 2018

Illustration pour "Le Téléphone sonne"

38'32

LE TÉLÉPHONE SONNE

Quel bilan pour le Tour de France 2018 ?

26 juil. 2018 Par Pierre Weill

Les zones à faibles émissions, qui utilisent les vignettes Crit'Air, devraient être étendues d'ici 2020

Le gouvernement présente des mesures pour rendre la mobilité plus verte... mais sans vélo

20 juil. 2018 Par Julien Baldacchino

Les nouveaux Vélo'v de Lyon doivent être plus " légers, pratiques et sécurisés" selon JCDecaux

Vélos en libre-service : Lyon veut faire beaucoup mieux que Paris

17 juil. 2018 Par France Inter

Quelles priorités pour le plan vélo ?

37'43

LE TÉLÉPHONE SONNE

Quelles priorités pour le plan vélo ?

05 juil. 2018

 

2'15

LE BILLET DE CHARLINE VANHOENACKER

Autolib’ et Vélib’ remplacés par des trottinettes : le manque de civisme est puni par l’humiliation

27 juin 2018 Par Charline Vanhoenacker

Strasbourg est une ville très appréciée par ses cyclistes. Une exception en France, révèle le Baromètre des villes cyclables.

Les villes doivent faire davantage pour le vélo, jugent les cyclistes français

16 mars 2018 Par France Inter

Gino et Agnès, les parents de Mathieu, ont importé le HugBike d'Italie où il a été créé

3'16

L’ESPRIT D’INITIATIVE

Un père d'enfant autiste crée un vélo pour pédaler ensemble

13 mars 2018 Par Emmanuel Moreau

Guillaume Meurice

VIDÉO

 

4'34

LE MOMENT MEURICE

Les vélos contre les taxis

25 janv. 2018 Par Guillaume Meurice

Après 300 à 500 cycles complets de recharge, la capacité des batteries diminue de 20-25 %

4'13

C'EST DÉJÀ DEMAIN

Des solutions pour rallonger la durée des batteries des téléphones

17 janv. 2018 Par Hélène Chevallier

Et si les enfants apprenaient à faire du vélo ?

Et si on mettait en place des vélo-écoles pour ancrer des comportements de sécurité routière ?

09 janv. 2018 Par Béatrice Dugué

L'une des causes du retard d'équipement de Paris : l'électrification des bornes pour les nouveaux Vélib' électriques

Un nouveau Vélib' au tiers de sa capacité

01 janv. 2018 Par Rosalie Lafarge

Aller au travail en vélo réduit les dépenses de la Sécu, notamment en faisant reculer le taux d'accidents cardiaques

Aller au travail en vélo, c'est bon pour la Sécu

20 déc. 2017 Par France Inter avecRosalie Lafarge

Dans les villes françaises, 1 personne sur 10 s’estime « respectée » par les conducteurs de véhicules à moteur, estime la Fédération des usagers de la bicyclette.

Les cyclistes (ou ceux qui voudraient le devenir) ont besoin d’être sécurisés

05 déc. 2017 Par France Inter

A Paris, les GoBee.Bike s'installent sans vergogne sur les bornes Vélib' de la ville

2'30

GRAND ANGLE

Les vélos en libre-service vont-ils faire de l'ombre aux systèmes à bornes ?

21 nov. 2017

A Paris, la multiplication des vélos en libre-service redéfinit la pratique des usagers

Quel futur pour les vélos en libre-service ?

21 nov. 2017 Par France Inter

Publié dans News

Sporthopeo, start-up spécialisée dans la création de pédales pour personnes à mobilité réduite à sortit en Juin sa première pédale connectée. Start-up née dans la région de Montbéliard en juin 2017, la petite entreprise créée par Julien Tripard s’est vue décernée le prix Pepite 2017 Tremplin pour l’entrepreneuriat étudiant. Financée grâce à une première campagne de crowd-funding réalisée en Septembre 2015, elle a pu bénéficier des aides et du dynamisme local.

Sporthopeo, start-up

Julien Tripard, à droite sur la photo, directeur et co-fondateur Sporthopéo et son associé Yannick Adam co-fondateur de Sporthopéo 

Basée en Franche-comté, cette start-up fait partie du centre Numérica, l’incubateur d’entreprises innovantes de Franche-Comté (IEI.FC) qui fournit depuis 2015 des aides pour accompagner les créateurs d’entreprises de la région dans les étapes décisives de leur projet. Julien Tripard et ses deux associés y pilotent Sporthopéo et jouissent ainsi de l’écosystème de cet incubateur.

C’est en travaillant dans un centre médical avec des kinésithérapeutes et des médecins que l’idée d’une pédale connectée est apparue à Julien Trippard, alors qu’il avait à aider un amputé à refaire du vélo. « Ce dernier souhaitait effectivement que lui soit fabriqué un outil lui permettant de remonter à bicyclette en toute sécurité avec sa prothèse de jambe » raconte Julien. Elaborée en collaboration avec des PME de la région franc comtoise ( plasturgistes, ingénieurs électroniques ) la première fixation aimantée de Sporthopéo a été commercialisée en octobre 2017. L’importance du partenariat est primordiale dans le projet où le suivi est effectué mensuellement avec les collaborateurs.

La production des 300 pièces de la sangle mécanique Sporthopéo a déjà séduit plusieurs centres de rééducation et nombre de particuliers présentant des troubles moteurs des membres inférieurs. « Le produit ne nécessite pas d’avoir de chaussures spécifiques, ni de défaire la pédale déjà existante sur le vélo. Il offre ainsi la possibilité de renouer avec la pratique d’une activité sportive grâce à ce système de fixation du pied », poursuit Julien.

La pédale Scrath & Bike de Sporthopéo est à l’origine destinée aux personnes à mobilité réduite pour leur permettre de (re)faire du vélo en toute autonomie et sécurité mais va bientôt servir aux personnes sans problèmes de mobilité.

Vers un device IoT

Julien Tripard et ses collègues développent désormais leur pédale et fixation pour qu’elle soit connecté en bluetooth. 

Exemplaire du produit Sporthopéo

Exemplaire du produit Sporthopéo

Grâce à l’intégration de différents capteurs (tracker d’activité, capteur de pression et GPS), ce système de fixation du pied aimanté se destine également au milieu thérapeutique, au milieu du fitness ou encore aux personnes valides souhaitant simplement mesurer les efforts réalisés lors de différentes sorties à vélo.

Toutes les donnés peuvent être visualisées en temps réel (connexion Bluetooth), stockées et analysées à travers des graphiques via une application mobile à télécharger gratuitement (IOS/Android). L’application s’adapte aux Smartphones, tablettes et ordinateurs.Les informations recueillies sont transmises à une application développée conjointement et fournissent des renseignments intéressants aux particuliers et aux professionnels de santé.

L’ équipe de Sporthopéo devrait effectuer une seconde campagne de crowd-funding en septembre pour accélérer le déploiement de leur outil sur d’autres sports où le pied est attaché comme le ski, l’équitation ou le quad. 

Le passage d’une simple solution mécanique à un outil IoT était inévitable pour le fondateur, « l’intérêt repose sur la nécessité de rassembler ces données et de les utiliser en médecine par exemple pour mieux comprendre comment le pied applique la force et donc mieux accompagner les gens dans leur rééducation », confie Julien. 

L’essor des outils connectés va à terme permettre à la médecine de mieux étudier le corps humain et de mieux adapter leurs diagnostic.

Selon une étude de Data bridge market research, le marché de l’IoT médical représente plus de 157 milliards de dollars en 2016 et devrait progresser de 30% par an jusqu’en janvier 2024. Une autre étude menée par Grand View Research annonçait un marché de l’e santé à 400 milliards de dollars pour 2022.

#pédale #connectée #bluethoo #PMR #pédale_aimanté #handicap #mobilité #sporthopéo #Montbéliard #startup #pépite2017 #Julien_Tripard #Yannick_Adam #vélo

 

Publié dans News

Acteurs publics, pri­vés, élus, techniciens, usagers, acteurs de l’aménagement, de la mobilité et du tourisme sont invités à ce grand rendez-vous de la planète vélo française. Les débats, ateliers, échanges et retours d'expériences du jeudi 11 octobre 2018 seront consacrés au thème « Le vélo, trait d’union - Populations, territoires et usages » au centre de congrès Le Manège à Chambéry. Vendredi 12 octobre 2018, la Savoie vous proposera trois visites techniques à vélo de 20 à 30 kilomètres entre Chambéry et Aix-les-Bains.

Découvrir le programme des 22es Rencontres Vélo & Territoires et s'inscrire : www.velo-territoires.org

#vélo #territoire #trait #union #congrès #cyclisme #acteurs #collectivités #mobilité #aménagement

Publié dans News

1762985214602326207171232215520786233438188nAlsace-Vélo a profité de la journée consacrée au vélo place de la Réunion à Mulhouse pour aller à la rencontre du public en proposant deux animations sur son stand .

1763478414762791724034848662862566485876501n

Deux animations étaient proposées sur notre stand "Draisienne Mulhousienne" pour les tous petits et un atelier d'auto-réparation vélo où on pouvait apprendre à règler et faire l'entretien de base "air-huile " de son vélo.

177963117743408927245107320361904709063931n
France 3 Alsace filme notre stand et hop passage au JT 19 - 20 du 16 septembre  ...que demander de plus !

Publié dans News
Page 1 sur 3