En Île-de-Franc l’usage du vélo pourrait bondir «  de 400 000 à 800 000 » personnes à vélo par jour estime la présidente de la région Valérie Pécresse une hausse comparable à celle enregistrer lors des dernières grèves de la RATP.

Pour préparer à passer le cap elle travaille « avec le RER-vélo », un collectif d’associations qui a imaginé neuf lignes cyclables, jusqu’à Mantes-la-Jolie ou Melun. L’idée est d’« expertiser tout ce qu’on peut faire, très rapidement », explique Valérie Pécresse à l’AFP.

Paris, qui a déjà multiplié les pistes cyclables, compte « favoriser les déplacements domicile-travail » à vélo après le déconfinement, indique à l’AFP l’adjoint à la mairie en charge des transports, Christophe Najdovski.

Cela passera par « des aménagements légers, peu coûteux, rapides à mettre en œuvre, sécurisés et réversibles » sur la chaussée d’habitude réservée aux voitures et aux deux-roues motorisés, poursuit-il.

La métropole de Lyon veut aménager « de nouveaux espaces piétons et de nouvelles pistes cyclables » avec des « modulations possibles en fonction des horaires », dit David Kimelfeld, président de la métropole.

Grenoble, Montpellier ou Rennes prévoient aussi d’accélérer leurs plans vélo.

Concrètement, le centre d’études Cerema suggère de « réduire le nombre de voies motorisées », de quatre à deux par exemple, d’« élargir les aménagements cyclables existants » et de « modifier le plan de circulation ».

L’enjeu ne concerne pas que les centre-villes mais aussi « des voiries plus interurbaines ou périurbaines », souligne Pierre Serne, qui prend l’exemple d’hôpitaux excentrés où des soignants vont travailler à vélo.

Pour la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), il est primordial d’installer ces pistes cyclables provisoires sur des axes entiers, pas seulement des tronçons isolés, de les accompagner de parkings à vélo provisoires et d’en installer qui suivent le tracé de lignes de métro.

« Il faut vraiment sécuriser les infrastructures » pour que les cyclistes se sentent en sécurité, insiste Olivier Schneider, président de la FUB.

Le simples marquages au sol ne suffira pas , il faudra utiliser du matériel de chantier, des plots en béton, des gros blocs de plastique comme le préconise le CEREMA.

 

Publié dans News

 

 

Le Guide pour une mobilité quotidienne bas carbone édité par Le Shift project promeut  un système cohérent d’alternatives à la voiture en solo dans les zones de moyenne densité, c’est-à-dire les périphéries des villes. 

Ils proposent pour cela 3 axes à mettre en oeuvre conjointement : 

  • Déconstruire de « système voiture »
  • Développer un système de modes actifs et partagés
  • Susciter et accompagner le changement de comportement.

Tout cela concerne évidemment plus les élus communautaires que les conseillers d’opposition de nos villages, mais donne en même temps une excellente culture générale sur le sujet. La synthèse incite par exemple à « mettre en place une politique cyclable cohérente, fondée sur les usages » et le développe en une dizaine de points. 

Le propre du Shift est de ne pas penser vélo à priori mais bas carbone, c’est à dire penser l’objectif avant les moyens. C’est pourquoi on y parle marche à pied, covoiturage, comportements, évaluation…

La synthèse de cette étude est disponible ici .

Publié dans News

Une nouvelle passerelle piétonne et cycliste de 18 mètres de long a été installée au-dessus du canal au Rhône au Rhin le 2 juillet . Les cyclistes qui empruntent l’Euro-véloroute n°6 pourront à nouveau franchir le canal à la fin du mois.

                                              Pour voir la vidéo du Journal L'Alsace cliquez sur la photo ci-dessus !

Publié dans News

 

Le TA avait été saisi par l'association Piétons 67 qui demandait la suppression des zones mixtes dans la CUS, autorisant la circulation à la fois des cycles et des piétons sur les trottoirs.

Une zone mixte piétons/cycliste, avenue de l'Europe à Strasbourg
Une zone mixte piétons/cycliste, avenue de l'Europe à Strasbourg
 
La Communauté urbaine soutenait qu’elle disposait d’une autorisation d’expérimentation de signalisation, concernant les espaces mixtes piétons/cyclistes, qui aurait été délivrée par le ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, le 15 octobre 2010.

Dans son jugement rendu ce 23 janvier 2013, le Tribunal a considéré "qu’aux termes de l’article L. 411-1 du code de la route peuvent être créées, sur les trottoirs, des zones spécialement réservées aux cycles, à condition qu’elles soient délimitées et séparées de l’espace réservé aux piétons, qui doit rester
normalement praticable par eux et que la décision ministérielle du 15 octobre 2010 n’ayant aucune valeur juridique, ne pouvait donc pas permettre de déroger au code de la route."

La CUS a trois mois pour se mettre en conformité avec le Code de la Route.



Publié dans News

La cohabitation entre cyclistes et piétons est bizarement devenue une préocupation de certain élus et médias locaux. Certe le nombre d'accidents et accrochages dues essentiellement à la vitesse des utilisateurs de vélos et au comportement des piétons peu attentif dans les croisements et les lieux fréquentés. Rien de comparable cependant avec le comportement irrassible de certain automobiliste dont les écarts de conduite risque de coûter la vie à autrui.



Publié dans News