Lucky

Lucky

Le parcours professionnel de Swanee Ravonison a évolué. Finie, la boutique la Fée du vélo à Nevers. En 2020, elle devient la seule femme cadreuse de France dans son atelier Pariah, toujours place Chaméane à Nevers.

Le vélo et Swanee Ravonison, c’est une histoire de passion. La jeune femme ouvre son magasin la Fée du vélo en 2014, place Chaméane à Nevers. Elle vend des vélos, des accessoires. Mais surtout, elle les répare, les entretient.

« Un jour, en réfléchissant avec un copain à la manière de louer des vélos de manière originale, j’ai dit pour rigoler : "On n’a qu’à les fabriquer" », explique la cycliste chevronnée. Et puis, la blague a fait son chemin.

Je suis la seule femme à fabriquer des cadres de vélos artisanalement en France. Et je sais depuis peu que je suis également, pour le moment, la seule cadreuse artisanale noire dans le monde

L’idée de retourner à l’école pour apprendre la soudure ne l’emballe pas. Des recherches sur la Toile la conduisent au Danemark chez OTM Bike. Tom est cadreur et formateur. Et Bourguignon de surcroît.

« Étant donné que je suis une femme, il a divisé par deux le coût de ma formation. D’ailleurs, je suis la seule femme à fabriquer des cadres de vélos artisanalement en France. Et je sais depuis peu que je suis également, pour le moment, la seule cadreuse artisanale noire dans le monde », s’amuse-t-elle.

Je me suis entraînée à fabriquer mes premiers vélos pour moi et ma famille.

« Nous devions être trois stagiaires à Copenhague, les deux autres se sont désistés. En une semaine, il m’a montré tous les process. J’ai choisi et appris le brasage car j’aime bien le travail à la flamme et je trouve la finition plus belle. »

De retour à Nevers, celle qui pédale depuis l’âge de 6 ans s’équipe d’un chalumeau, d’une scie cloche et circulaire. « Je me suis entraînée à fabriquer mes premiers vélos pour moi et ma famille », rapporte Swanee Ravonison.

En 2016, le magazine trimestriel 200, orienté sur l’aventure cycliste dans sa globalité, relance le Concours de machines qui met en concurrence des cadreurs artisans fabricants de vélos. « 200 me demande de participer en tant que débutante cadreuse. N’ayant pas encore le matériel adéquat, j’ai sollicité tous les cadreurs de France, une trentaine en tout, pour qu’ils me laissent leur atelier un gros week-end pour construire mon vélo », raconte la jeune cadreuse.

La marque de vélo Cyfac, près de Tours, répond favorablement. La cycliste auxerroise Élodie Palvassier, amie de Swanee, accepte de piloter. La seule équipe féminine termine septième sur quinze.

« J’ai ensuite participé en 2017 et 2018 en tant que constructrice et pilote, je ne sais pas à quelle place j’ai fini car, désormais, seul le premier est divulgué. Mais c’est surtout un grand Salon pour se rencontrer, voir les machines et que les gens découvrent les artisans cadreurs. »

Une quinzaine de vélos

À partir de 2018, l’artisane cadreuse de Nevers décide d’ouvrir son carnet de commandes. Martine et Jean-Pierre Durand sont ses premiers clients. Les cyclotouristes neversois veulent « un dernier vélo artisanal haut de gamme, fabriqué à leurs mesures, confortable et personnalisé. C’est une collaboration, c’est ça qui me plaît », note la professionnelle.

En matière de temps, la double activité avec la boutique la Fée du vélo devient difficile. En 2020, Swanee Ravonison arrête le magasin et le nom la Fée du vélo. Et lance l'atelier Pariah création sauvage. L’unique cadreuse française a déjà fabriqué une quinzaine de vélos. Actuellement, elle travaille à la réalisation d’un VTT, un pignon fixe complet et deux cadres.

200. Swanee Ravonison collabore à 200 depuis les débuts du magazine en 2014. Elle écrit des chroniques trimestrielles, raconte sa vie de cadreuse et teste des vélos comme le « tall bike », l’intrigant deux-roues qu’elle a fabriqué et qu’elle enfourche, perchée à 1,50 m « pour voir la vie d’en-haut ».

« Le summum du pratiquant est de fabriquer son vélo »

Fin mai 2020, la boutique de vente et réparation de vélos la Fée du vélo, place Chaméane, s’est transformée en atelier de fabrication de cadres de vélo. Swanee Ravonison consacre désormais tout son temps à sa marque : Pariah (avec un H, comme en anglais). « Pour moi, le summum du pratiquant est de fabriquer son vélo. Si j’avais su que c’était possible, je l’aurais fait du départ », formule la cycliste passionnée.

J’aimerais qu’on croise plus de filles noires à vélo pour qu’elles s’identifient, qu’elles n’hésitent pas à s’y mettre et changer l’image des femmes racisées. 

Pourquoi ce nom ? « Parce que le vélo sur la route, c’est celui qu’on ne veut pas. Un paria, c’est aussi celui qui se différencie et en tant que femme noire, je reste ultra-minoritaire dans la communauté cycliste. C’est pour effacer le côté péjoratif de ce mot. J’aimerais qu’on croise plus de filles noires à vélo pour qu’elles s’identifient, qu’elles n’hésitent pas à s’y mettre et changer l’image des femmes racisées », confie-t-elle.

Le pignon fixe, son préféré

« J’ai pour but de vendre les propres vélos de ma marque que j’aurai pensés et construits de A à Z en trois tailles, 50/52 et 54 », lâche-t-elle.

Pour l’instant, la spécialiste ne travaille que sur commande et réalise du sur-mesure, adapté au plus juste à la morphologie, à la pratique et aux besoins des clients. Les cadres sont en acier brut « car c’est solide, confortable et facile à réparer. »

Le pignon fixe a sa préférence pour son côté minimaliste « et parce qu’il demande très peu d’entretien ». La confection d’un cadre représente environ une semaine de travail, auquel il faut ajouter une journée de montage.

Comptez autour de 3.500 € pour un vélo complet, type randonneuse, vélo de course ou de grandes distances et 2.500 € pour un pignon fixe.

Contact. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.site internet.

Dominique Romeyer

certaines-mamans-sont-arrivees-recemment-dans-le-groupe-et-debutent-photo-l-alsace-vincent-voegtlin-1579792281les-plus-anciennes-du-groupe-sont-tres-a-l-aise-et-certaines-ont-investi-dans-leur-propre-velo-photo-l-alsace-vincent-voegtlin-1579792281

Depuis la rentrée 2018, des mamans du quartier prioritaire Brossolette à Mulhouse se retrouvent dans la cour de l'école élémentaire pour apprendre à faire du vélo. Les cours sont encadré par Patrice Richert (Bikeoach) moniteur cycliste. Cette activité sportive et ludique permet aux membres de l'associations "Les mamans citoyennes de Mulhouse "d'aquérir davantage d'autonomie.

les-velos-sont-des-vtt-pretes-par-la-police-municipale-apprentissage-des-regles-de-securite-on-commence-par-mettre-le-casque-photo-l-alsace-vincent-voegtlin-1579792281
   
quot-les-mamans-citoyennes-de-mulhouse-quot-constituees-en-association-ont-recu-en-decembre-dernier-le-grand-prix-quot-habiter-mieux-bien-vivre-ensemble-quot-a-l-assemblee-nationale-decerne-par-l-anruL'association " Les Mamans citoyenne de Mulhouse" à obtenu le prix de"Habiter mieux et vivre ensemble"de l 'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) et la Fondation Agir Contre  l'Exclusion (FACE)  décerné à l'Assemblée Nationale en décembre 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce prix a permis d'effectuer un voyage a Paris  accompagnées  par Marlène Bouyat qui a coordonné le projet  à la Direction Départementale de la   Cohésion Sociale  et Protection des Populations (DDCSPP 68).

 

L'Association LES MAMANS CITOYENNES DE MULHOUSE est installée au 90 RUE DES PINS à Mulhouse (68200) dans le département du Haut-Rhin. Cette association loi 1901 ou assimilé fondée en 2018 ayant comme SIRET le numéro 841129513 0001.

 

Photo L'Alsace/Vincent VOEGTLIN

 

Les cyclistes débutantes ou confirmées peuvent  bénéficier de cours de vélo urbain collectifs qui se dérouleront régulièrement  dans des communes de Saint-Louis Agglomération :  Huningue , Saint-Louis, Blotzheim, Hégenheim, Village neuf  et à Rixheim, Habsheim , Riedisheim.

Plusieurs thématique sont proposés pour parfaire vos connaissances autour du vélo et prendre de l'assurance en circulation durant des séances de 1h.

  • Le code de route vue des cyclistes
  • Apprendre à prendre sa place dans la circulation ,
  • Faire  ses courses ou se rendre au travail à vélo
  • Trucs et astuces pour réparer 80% des pannes sur un vélo.

Des cours individuel sont également proposé et s'adressent aux primo-apprenantes qui ne savent pas faire de vélo, notre force c'est de vous faire apprendre à tenir en équilibre et pédaler en moins de 3 h !


N'hésitez pas à vous informer au 06 52 46 50 38 à la suite de quoi on vous transmettra si intéressé les lieux et horaires des cours dispensés tous près de chez vous.

 

 

Cannondale Mavaro Neo 1

Grâce à un concept de sécurité intelligent, des éléments de confort intelligemment intégrés et un ensemble d'équipements complet, le Cannondale Mavaro Neo 1 est probablement le vélo à cadre vague le plus progressif et le plus sûr au monde. Smart Simplicity et Smart Safety, ce sont les deux sujets les plus importants pour le vélo électrique urbain progressif, qui se caractérise par sa simplicité, son confort et une expérience de conduite qui inspire confiance. Le système d'éclairage préinstallé, le radar Garmin pour les véhicules arrivant par l'arrière et la position assise droite donnent au voyageur à vélo une nouvelle dimension de visibilité panoramique. La fourche mono suspension développée par Cannondale, associée à la tige de selle à suspension, assure un haut niveau d'assise et de confort de conduite. Le changement de vitesse automatique Enviolo montrent à quel point le concept de vélo convivial et facile plait à un grand nombre de cyclistes. Le Cannondale Mavaro Neo est convaincant dans la ville à tous les niveaux et est un digne lauréat.

 

Prix: 5 999 € | Poids: 28,4 kg

cannondale.com

 

Maison-velo-mulhouseLa Maison du vélo de Mulhouse&CO va organiser courant février 2021 sa première formation ( encadré par  VIA NOVA) une formation Initiateur/ Initiatrice Mobilité Vélo.

Cette formation est destinée aux bénévoles et salariés d’associations d’usagers du vélo, aux responsables sécurité routière, aux enseignants, aux animateurs et professionnels du secteur social, aux forces de l’ordre et responsables d’auto-écoles.
Elle permet de conduire des séances de vélo-école, de transmettre les connaissances nécessaires pour se déplacer à vélo, en autonomie et dans la circulation . L'initiateur mobilité à vélo est amené à former différents publics (jeunes, adolescents ou adultes) à la mobilité à vélo en milieu urbain et périurbain et à animer des activités de découverte, d'initiation et d'éducation à la pratique du vélo en ville.

 

Pré-requis

  • Etre âgé de dix-huit ans à l’entrée en formation
  • Etre titulaire du diplôme de secourisme PSC 1 ou son équivalent
  • Connaissance du code de la route et des spécificités liées aux déplacements à vélo en milieu urbain
  • Capacité d’analyse et d'adapatation au contexte
  • Aisance relationnelle 

- Date et lieu de formation

  • 13,14,15  février 2021 de 8H à 18H00 (à confimer) à Mulhouse 68  

- Prix de la formation :

  • 450 € par personne (possibilité de financement OPCO

Dégoutés de Deliveroo, des coursiers strasbourgeois lancent Kooglof, une plateforme de livraison locale

Les Strasbourgeois peuvent commander la livraison d’un repas sur Kooglof, une plateforme de livraison alternative à Deliveroo ou Uber Eats. Objectifs : soutenir les commerces locaux et offrir de meilleures conditions de travail aux coursiers.

Et si la livraison de repas à domicile n’avait plus le goût amer de l’exploitation des coursiers par Deliveroo ou Uber Eats ? Jeudi 5 novembre, cinq coursiers strasbourgeois lancent Kooglof, une nouvelle plateforme pour la livraison des repas à Strasbourg.

Suite de l'article sur le site du journal Rue 89

mercredi, 09 décembre 2020 10:58

Cannondale Enduro Tour merci !

Une page se tourne pour l'Enduro VTT dans l'Est . Après 4 années de soutien sur le quel s'était engagé la marque Cannondale ont arrive à échéance du contrat. Merci à toutes l'équipe qui a permit d'organiser 13 courses et qui laisse que de bons souvenirs aux 6000 participants et aux nombreux supporters !

 

Les travaux vont bon train sur le site de la future Maison du vélo à Guebwiller, où les ouvriers s’activent actuellement afin de terminer la toiture pour la fin d’année.

Interieur-M-V-2

Les ouvriers travaillent à l’intérieur et à l’extérieur de la future Maison du vélo de Guebwiller et notamment sur l’imposante toiture. Le chantier débuté en avril dernier, devait initialement s’achever pour cet automne.
La crise sanitaire est venu perturber le déroulement du chantier ou il on respecte au mieux les recommandations de distanciation entre les entreprises avec un échelonnement étalé dans le temps. On peut maintenant avoir une bonne idée de l’aspect générale de cette Maison du vélo et de la mise en valeur du patrimoine restauré.

interieur-Maison-Velo-1

Les travaux de toiture devraient être terminés en fin d’année, cela permettra de disposé d’un bâtiment hors d’air et hors d’eau à ce moment-là à l’abri des aléas météorologique

Les fenêtres seront bientôt remplacées, de même que les volets, les nouveaux volets seront réalisés par les ateliers communaux.

 

À l’extérieur du bâtiment, la structure accueillant les toilettes et le garage à vélo est pratiquement achevée.
Le parvis de la Maison du vélo est en cours d’achèvement, les bornes de recharge pour vélos à assistance électrique et voitures électriques sont déjà en place.
L’air de service de camping-cars est également installée.

À l’intérieur du bâtiment on constate que les travaux de maçonnerie sont conséquents. Une structure composée de grosses poutres métalliques a été mise en place afin de soutenir les solives. Le volume conséquent ainsi dégagé sera occupé par un magasin de vente et réparation de vélos, qui devrait ouvrir ses portes en avril, juste à temps pour la nouvelle saison.

Cette future Maison du vélo est un chantier à la fois difficile et stimulant », selon l’architecte Marie Letterman, en charge du projet. « C’est l’un des vestiges de l’entrée de ville les plus anciens et les plus modifiés au cours de son histoire, ce qui complique évidemment la tâche lorsqu’il s’agit de le rénover pour en faire quelque chose d’autre », explique-t-elle. « Ceci dit, j’adore les vieilles pierres, et c’est toujours très intéressant de sublimer les éléments architecturaux existants pour en faire quelque chose de sympa. »

Marie Lettermann prend pour exemple les encadrements en grès des portes et fenêtres, qui seront conservés, tout comme un pan de colombages au 1er étage. Concernant la maçonnerie aussi, il y a beaucoup à dire : « La disparité entre les procédés de construction datant de différentes époques ne nous facilite pas la tâche, mais on fait avec », indique l’architecte, en précisant également qu’un tiers de la charpente au total sera rénové : « Il revenait aussi cher de la rénover que de la changer entièrement, mais puisque l’on est dans une démarche de restauration, il est plus logique de conserver au maximum ce qui existe déjà. »

a-veloL’entreprise DEGANIS a vu 9 salariés se mobiliser sur les 33 personnes qu’elle compte dans ses effectifs pour concourir au challenge "Au boulot, j'y vais à vélo".

« C’est la 1e fois que DEGANIS, entreprise de bâtiment spécialisée dans le gros œuvre et les projets clés en main, basée à Sausheim, participait au défi « Au boulot, j’y vais à vélo »Sous l’impulsion de notre référent, une réelle motivation est apparue les semaines précédant le défi, et des employés résidant à des distances très conséquentes (jusqu’à 30 km !) ont envisagé le vélo pour ce challenge. Certains ont même tenté l’expérience avant le 14 septembre, tandis que d’autres ont réussi le pari de tenir deux fois cinq jours consécutifs », explique Julien Lacagne, représentant de l’entreprise. Les salariés ont ainsi parcouru 1 705 km durant le défi.

Et comme tant d’autres participants, les salariés de Deganis ont d’ores et déjà prévu de participer à l’édition « Au boulot, j’y vais à vélo » 2021 !

 

Retrouvez tous les résultats du défi « Au boulot, j’y vais à vélo », par ici.

Vous ne pouvez plus aller aux Sheds ? Les Sheds viennent à vous ! Dès 20 euros d’achats, le restaurant et l’épicerie proposent un service de livraison à domicile pour les plats à emporter et les courses. Le tout livré à vélo, naturellement.

Confinement oblige, les Sheds ont dû trouver un plan B. Le restaurant et l’épicerie, ouverts pour la vente à emporter, se sont donc lancés dans la livraison à domicile ou sur le lieu de travail.

La carte du restaurant a été un peu réduite, mais tout ce qui s’y trouve, de même qu’à l’épicerie, est éligible à la livraison.

Les commandes se font uniquement par téléphone 03 89 51 15 03 :

  • Pour le restaurant : du mercredi au samedi de 11h30 à 13h15 (dernière commande) et de 18h à 21h (dernière commande)
  • Pour l’épicerie : les mercredi, vendredi et samedi avant midi (livraison entre 15h et 18h).
  • Kingersheim-les-Sheds-livrent-a-domicile-des-contenants-en-verre-consignes-pour-les-plats-1536x864
DES CONTENANTS EN VERRENSIGNÉS POUR LES PLAT

Dès lors que votre commande atteint 20 euros, la livraison est assurée, que vous habitiez Baldersheim, Battenheim, Illzach, Kingersheim, Lutterbach, Mulhouse, Pfastatt, Richwiller, Riedisheim, Rixheim, Ruelisheim, Sausheim ou Wittenheim.

Kingersheim-les-Sheds-livrent-a-domicile-livraison-a-domicile-1536x864

La livraison est à prix libre puisque le service fonctionne pour le moment avec une poignée de coursiers bénévoles et du matériel de prêt : vous donnez en fonction de vos moyens selon ce qui vous semble juste. Un barème de tarifs est à votre disposition si besoin : 8 € par exemple pour une course dans les communes les plus éloignées.

LIVRAISON À DOMICI Si l’expérimentation est concluante, l’objectif est de pérenniser et de professionnaliser le service et de l’ouvrir à d’autres commerces. 

« L’idée d’un service de livraison à domicile remonte au premier confinement, indique Michael Horn, le responsable de la communication des Sheds. On avait alors bricolé un service de dépannage pour répondre à la demande notamment de personnes isolées ou âgées qui ne pouvaient plus aller au marché. On a continué à y réfléchir, avec la volonté de proposer à nos clients une alternative à Uber ou Deliveroo. »

 

 

Kingersheim, les Sheds livrent à domicile : des caissons isothermes pour maintenir au chaud
Page 1 sur 205