Lucky

Lucky

La MBF à lancer un sondage début avril  aux quel  4813 pratiquants ont répondu  réponses recueillies. En terme de données de genre et d'âge de profil comme par exemple l'implantation du domicile 56.9% des pratiquants habitent en milieu et pratique du VTT a minima  de façon hebdomadaire (87.1%). ce qui correspondent  aux bases statistique recueillit sur le territoire nationale par d'autres sondages. 

 

graph fréquence

Le confinement et vous

Nous sommes presque un sur deux a vivre bien voir très bien le confinement (48.1% des sondés), avec notamment une libération de temps pour soi (39.5%). Néanmoins celui-ci a un impact négatif sur notre forme physique (54.5% des sondés) ou sur notre moral (33.9%).

graph impact

Un confinement durant lequel plus de la moitié d’entre nous a stoppé sa pratique du VTT en extérieur en se rabattant sur des activités annexes comme la réparation ou l’entretien (48.1%) ou sur des activités physiques d’intérieur tel que le home-trainer (41.9%).

Mais nous pratiquons aussi des activités en extérieur durant le confinement, que ce soit du vélo (24.3%) ou une autre activité physique (39.4%).

Sur l’aspect réglementaire, nous sommes 56.1% à ne pas avoir compris le décret gouvernemental sur les activités physiques (1h / 1km, seul(e)…). Ce chiffre est toutefois à nuancer car il ne sépare pas la proportion de personnes qui n’ont pas compris factuellement le décret de ceux qui en avaient une opinion défavorable.

 

En cas de nouveau confinement…

Dans la consultation, nous avons soumis diverses propositions-tests, afin d’avoir le ressenti des vététistes sur celles-ci dans l’hypothèse ou un nouvel épisode de confinement devait se produire.

graph proposition

En ce sens, nous sommes majoritairement prêt à faire du vélo seul(e) ou avec les individus de notre foyer dans le respect des gestes barrières. L’opportunité de pouvoir entretenir des sentiers durant un confinement nous semble également intéressante.

Certaines propositions sont plus mitigés et ne remportent pas une franche majorité tel que la pratique par petit groupe ou avec un(e) partenaire unique.

Ensuite, il y a des propositions que nous rejetons assez catégoriquement : faire du VTT à certains créneaux horaires, sur une certaine durée ou avec un éloignement maximal du domicile, porter un masque durant la pratique ou encore rouler uniquement sur des chemins larges (exclusions des monotraces).

Pour conclure, nous sommes quand même 40% à être inquiet sur nos possibilités d’accès à la nature suite à la crise sanitaire.

 

Voilà les quelques données clés et marquantes de la consultation. Dans une prochaine partie, nous mettrons en avant les propositions et réflexions que les vététistes ont pris le temps de nous écrire autour de ce confinement.

Bien entendu l’analyse intégral de la consultation sera disponible prochainement.

 

Le recours : La Fédération Française des Usagers de la Bicyclette a demandé au juge des référés du Conseil d'État d'ordonner au Gouvernement d’indiquer expressément que le vélo pouvait être utilisé durant le confinement, de rouvrir les pistes cyclables fermées et d'enjoindre au ministère public de cesser de poursuivre les verbalisations ayant pour motif l'usage du vélo.

La décision du Conseil d’État : Le juge des référés a ordonné au Gouvernement d’indiquer publiquement et largement que le vélo peut être utilisé pour les déplacements autorisés durant le confinement.

Il a relevé que si le Gouvernement avait bien interprété le décret du 23 mars 2020 comme réglementant uniquement les motifs (achats de première nécessité, accès aux soins, activité physique individuelle…) et non les moyens de déplacements, plusieurs autorités publiques avaient néanmoins indiqué par différents moyens de communication que l’usage du vélo était interdit.

Le juge des référés a estimé que l’utilisation du vélo relève de la liberté d’aller et venir et du droit de chacun au respect de sa liberté personnelle, et que l'absence de clarté des positions du Gouvernement y portait une atteinte grave et manifestement illégale.

Le juge des référés du Conseil d'Etat a en revanche jugé qu’il n’avait pas le pouvoir de satisfaire les autres demandes de la Fédération. S'agissant en particulier de la demande d’ interrompre les poursuites engagées contre les cyclistes, le juge des référés a rappelé qu'il n’était pas habilité à ordonner des mesures à l’autorité judiciaire.

> Lire l'ordonnance de jugement

> Retrouvez l'ensemble des ordonnances liées au COVID-19

mercredi, 06 mai 2020 11:48

Consultation Mulhouse Flash Mobilités

La crise sanitaire que nous connaissons vient bousculer nos habitudes.

Pour poursuivre la lutte contre le COVID-19 et renforcer nos efforts en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, nous devrons plus que jamais favoriser l’usage des modes de déplacement doux.

Pour ces raisons, la Ville de Mulhouse souhaite mettre en œuvre 2 axes cyclables structurants eu égard aux quartiers et établissements publics desservis (Coteaux – Drouot et Bourtzwiller – Hôpital).

Dans cet état d’esprit, la ville de Mulhouse souhaite recueillir vos intentions en terme de déplacements à l’issue de la période de confinement.

 

Le questionnaire mis en ligne 

 
 
 

Une concertation flash "Mobilités" a été mis en ligne sur le site Mulhouse c'est vous. On vous demande comment vous vous déplaciez avant et comment vous allez vous déplacer en sortie de confinement. Enfin la question qui tue , "Etes-vous favorable à ce qu’une partie de la voirie soit provisoirement neutralisée, sur certains grands axes, afin de favoriser les déplacements à vélo ?" 
Un petit rappel l'objectif est de construire de manière pragmatique et efficiente un réseau vélo en cohérence avec l'enjeux de sécurité sanitaire qui permet la libération de places potentiel pour les personnes n'ayant pas d'autres choix que de prendre les transport en commun tout en assurant la distanciation sociale sans pour autant avoir recours à la  voiture individuelle qui génère la pollution et stress . Le vélo est le moyen de déplacement le plus efficient pour des trajets de moins de 5 km ( le VAE permet de doubler voir tripler ce rayon d'action). Le vélo permet de retrouver une ville à taille humaine , de privilégier le bien être, le commerce de proximité et  vivre dans un environnement apaisé !

 

 

Officiellement, les ateliers pouvaient rester ouverts, mais les conditions exigées pour désinfecter les vélos à l'arrivée et les outils touchés par les réparateurs étaient ingérables au départ. "Nous faisions uniquement les urgences pour le personnel médical et ceux qui avaient besoin de leur vélo pour raison professionnelle. Maintenant, nous sommes prêts pour accueillir tous nos clients, nous avons organisé les choses" explique le gérant, "et nous allons probablement ouvrir le samedi 2 mai". Pour faire face à la demande qui sera forte, et éviter trop de monde au même endroit, nous ouvrons même un troisième espace, situé au Neudorf, en plus de notre magasin de vente et de notre atelier de Strasbourg, qui peut accueillir une quarantaine de vélos."
 

 

Le temps du point presse et le premier kilomètre de piste cyclable sanitaire était réalisé lundi matin, partant de la limite Saint-Mandé – Paris pour rejoindre la gare de Nogent-sur-Marne via la RD120.

Au total, 40 km (X 2 sens, soit 80 km au total) de pistes sont programmées dans le département, le long des grandes départementales. L’objectif est de doubler des lignes de transports en commun comme les lignes 1, 7, 8 et encore les RER pour inciter les usagers à prendre leur vélo. Pour ce faire, des voies automobiles sont neutralisées, réduisant l’espace voiture au profit du vélo.

« L’enjeu est d’éviter absolument que les personnes qui ne pourront pas rester télétravailler le 11 mai se retrouvent confinées dans les transports en commun ou se reportent sur la voiture car la pollution automobile est aussi responsable de milliers de morts prématurées. Nous avons travaillé en amont avec les associations de cyclistes et la préfecture de région », détaille Pierre Garzon, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne.


L'Eurobike de Friedrichshafen est déplacé de début septembre  à  fin novembre. La foire se déroulera dans une orientation B2B pure sur trois jours. Il y aura un échange de l’industrie numérique à la date de lancement initiale en septembre.

lundi, 04 mai 2020 13:13

VTT & VTTAE l’après 11 mai ?

Les différentes observations vont dans le sens du dé-confinement que l’on peut espérer pour le 11 mai prochain. Le Premier Ministre s’est exprimé devant l’Assemblée Nationale en des termes clairs : c’est l’objectif, à condition que les indicateurs de l’épidémie soient au rendez-vous des estimations sur lesquelles le gouvernement base sa stratégie de dé-confinement.

Si quelques jours avant le 11 mai, soit autour du 7 mai, le nombre de nouveaux cas par jour est redescendu à 3000, alors, le dé-confinement tel qu’il est esquissé dans la suite de cet article pourra avoir lieu. L’indicateur sur lequel le gouvernement indexe la mise en oeuvre du dé-confinement est ici très clair, et connu de tous. Les mesures qui permettent de l’atteindre aussi : ce sont celles du confinement actuel.

Plan de dé-confinement

Dans son discours, le Premier Ministre a balayé les différents secteurs d’activité qui seront concernés par les mesures favorisant une reprise à l’après 11 mai. Nous n’allons pas ici détailler l’ensemble de ce plan, mais bien entendu nous concentrer sur les points qui concernent la pratique du VTT et du VTTAE, au sens large du terme.

Pour l’heure, les mesures qui entreront en vigueur au 11 mai reposent sur 3 principes : apprendre à vivre avec la présence du virus parmi nous, reprendre progressivement nos activités en en maîtrisant l’intensité et l’étendue, et adapter les possibilités aux spécificités locales, à différentes échelles.

 

*Dé-confinement sous conditions

Dans tous les cas, les annonces du jour sont soumises à conditions. Outre celle d’avoir atteint les objectifs du confinement actuel quelques jours avant le 11 mai, le plan du gouvernement prévois de donner les moyens d’adapter la situation locale à la présence avérée ou non du virus.

Tout d’abord, avec des capacités de protection (port du masque), de test (pour détecter le virus en cas de doute/symptômes) et d’isolement (en quarantaine chez sois ou placé pour préserver sa famille) pour limiter la présence de porteurs au sein de la société.

Dans les faits, le gouvernement entend aussi prendre les dispositions législatives pour permettre d’établir une carte des départements à risque (rouges) ou non (verts). Les préfets et élus locaux auront alors la possibilité de prendre des dispositions pour limiter les pratiques, la notre y compris.

3 critères seront pris en compte pour indexer cette carte : le taux de nouveaux cas contaminés, les capacités hospitalières du moment, et les capacités de test suffisantes ou non. Trois indicateurs qui semblent en accord avec ce dont on peut se soucier pour savoir si l’on pratique en sécurité.

Page 3 sur 202