Lucky

Lucky

Lotta Crok devient, à neuf ans, la première mairesse juniore des vélos au monde ! Sa ferme intention est d’encourager les jeunes à se déplacer à bicyclette, mais surtout d’aplanir les obstacles auxquels ils sont confrontés.

Cette jeune cycliste aguerrie s’est démarquée lors d’un concours, lancé dans les écoles d’Amsterdam, où l’on demandait aux jeunes de soumettre leurs idées dans le but de rendre la pratique du vélo plus amusante et plus sécuritaire. Lotta a suggéré au service de vélo-partage Nederlandse Spoorwegen de mettre en location des vélos-cargos et des bicyclettes pour enfants aux abords des gares de chemin de fer.

« Je ne suis pas mairesse des vélos pour moi-même, mais pour tous les enfants d’Amsterdam. » – Lotta Crok

La jeune Amstellodamoise a eu cette idée parce que, quand elle rend visite à ses grands-parents, en compagnie de ses parents, la petite famille doit d’abord prendre le train, et ensuite louer des bicyclettes pour se rendre à destination. Lotta pourrait très bien pédaler de la gare jusqu’à la maison de ses grands-parents, sauf qu’aucun vélo en location n’est à sa taille. Elle doit alors monter à l’arrière de la bicyclette conduite par son père, une méthode transport qu’elle juge non sécuritaire.

La Nederlandse Spoorwegen, apparemment séduite par l’idée, a donc offert d’installer une bicyclette pour enfant à la gare qui dessert la localité où demeurent ses grands-parents. Mais cela n’a pas du tout satisfait Lotta. « Je leur ai dit que ce n’était pas suffisant. Je ne suis pas mairesse des vélos pour moi-même, mais pour tous les enfants d’Amsterdam. »

Une seconde première mondiale

En juin 2016, Amsterdam devenait la première ville au monde à « élire » une mairesse des vélos. Bien que le public ait été invité à participer à un vote en ligne, c’est un jury, formé par le maire de la Ville, des représentants de la régie des transports et de groupes cyclistes, qui ont nommé Anna Luten à ce poste. Elle avait pour mandat de servir de chaîne de transmission entre l’administration municipale et les cyclistes, groupes communautaires ou toute personne se sentant lésée par la mise en place de mesures destinées à favoriser les cyclistes.

Mais c’est Katelijne Boerma, élue en novembre 2017 comme successeur d’Anna Luten, qui a eu l’idée de créer le premier poste de mairesse juniore des vélos afin de donner une voix aux quelque 125 000 enfants de la ville et surtout leur offrir un modèle inspirant pour les encourager à la pratique du vélo. À ce chapitre, Katelijne Boerma fait remarquer que, parmi les habitants issus des quelque 200 communautés culturelles que compte la ville, plusieurs d’entre eux ont du mal à concevoir que la bicyclette soit un mode de transport sécuritaire et efficace.

Crédits : Danish Design Review, Trafiklegepladsen

Plus de vélos, moins d’autos

Amsterdam a la réputation d’abriter un plus grand nombre de vélos que d’habitants. Et de fait, près de 63 % des déplacements s’y font à bicyclette. Pourtant, du point de vue de Lotta, le trafic automobile demeure encore beaucoup trop dense. Elle souhaite encourager un plus grand nombre de personnes à troquer leur voiture pour le vélo afin de rendre les déplacements des enfants plus sécuritaires.

La jeune mairesse, qui depuis sa nomination, enchaîne les entrevues et participe à divers événements cyclistes, a bien l’intention de rencontrer le maire de la Ville pour lui faire part des idées qu’elle a glanées au fil de ses rencontres avec les jeunes et leurs parents. Par exemple, nombreux sont ceux qui ont exprimé le souhait que soit aménagé un parc à bicyclettes pour que les jeunes puissent y faire leurs premières expériences plutôt que d’apprendre directement dans la rue. Une autre idée serait de créer une application mobile pour apprendre aux touristes les règles élémentaires de conduite dont ils semblent, en grande majorité, ignorer l’existence.

Katelijne Boerma considère qu’elle et Lotta forment un excellent tandem. Elle explique que son rôle est de parler aux parents, et celui de Lotta, aux enfants. Et c’est important, car si on considère la ville selon la perspective des enfants, on pourra la rendre accessible à tous. Une ville qui est accueillante pour un enfant de 8 ans le sera pour un aîné de 88 ans.

 

Dix terrains de jeux permanents pour la pratique du vélo ont été construits dans autant de villes danoises.

Publié sur le site https://centdegres.ca

Il s’agit d’une initiative de la Fédération danoise du vélo. En 2011, celle-ci avait expérimenté, dans la capitale, Copenhague, un terrain de jeu mobile pour les vélos destiné aux jeunes. L’objectif était d’encourager les jeunes à « jouer » aux cyclistes responsables. Le succès a été immédiat.


Crédit photo : Danish Cyclists’ Federation

 

Cette expérience a démontré que ce genre de terrain de jeu est l’endroit idéal pour que les enfants développent, dans un environnement sécuritaire, des aptitudes qui vont leur servir une fois plongés dans le vrai trafic. C’est pourquoi ces endroits sécurisés sont semés de parcours à obstacles spécifiquement conçus pour que les jeunes cyclistes développent leurs habiletés motrices.

Crédit photo : Danish Cyclists’ Federation

Selon ses promoteurs, cette approche ludique incite les jeunes à s’entraîner, sans même s’en rendre compte. Grâce aux différents obstacles et aux surfaces diverses, les bouts de choux développent leur sens de l’équilibre, de l’anticipation ainsi que leur coordination.

Et comme le souligne Trine Juncher Jørgensen, de la Fédération danoise du vélo, les niveaux de difficulté variables des parcours incitent les jeunes à relever de nouveaux défis. Mais surtout, ajoute-t-elle, cela leur permet de savoir ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire.

Crise du Covid-19 : la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB) appelle au civisme et à la bienveillance.

C’était une évidence pour elle, autant en termes de responsabilité que d’exemplarité : la FUB a tenu son conseil d’administration (16 administrateurs + 5 intervenants) 100 % à distance dès samedi 14 mars, et a placé l’ensemble de ses 12 salariés en télétravail dès lundi 16 mars au matin.

Conformément aux instructions officielles, les déplacements doivent être réduits autant que possible et se limiter à ceux indispensables. Néanmoins, la FUB souhaite rappeler que, y compris en termes de lutte contre le Covid-19, l’usage du vélo est la meilleure solution pour de nombreux déplacements, notamment ceux de moins de 7 kilomètres. Ainsi, la bicyclette permet par exemple aux soignantes et aux soignants de respecter leur distanciation en leur évitant les transports en commun, tout en effectuant une activité physique minimale bénéfique autant à leur santé mentale que physique.

Afin d’éviter tout accident, et ainsi ne pas contribuer à la charge du système de santé français, la FUB appelle :

1. Les automobilistes à faire preuve de prudence et de bienveillance envers les piétons et cyclistes, et notamment en ralentissant (1)  et en respectant le mètre de distance latérale minimale à observer en cas de dépassement (1m50 hors agglomération), ainsi qu’en veillant aux cyclistes lors des ouvertures de portières.

2. Les cyclistes à veiller à l’état technique de leur vélo (freins, pneus, éclairage actif et passif), à s’habiller en couleurs claires ou vives si le trajet comporte des zones mal éclairées, et plus généralement à être visibles et prévisibles. Et ne pas oublier leurs certificats de déplacement pour faciliter le travail des forces de l’ordre.

3. Les professionnels du vélo à continuer à assurer l’entretien des vélos pour celles et ceux qui en ont besoin, notamment les soignantes et les soignants. (Prise de rendez-vous et échange avec le technicien tant que possible par téléphone.)

4. Les responsables des ressources humaines et les responsables opérationnels à encourager l’usage de la bicyclette, a fortiori quand ce mode de déplacement peut se substituer aux transports en commun. 

(1) Code de la route R 413-17-1° 

 

 

Vous êtes nombreuses et nombreux vous interroger sur ce qui est autorisé et ce qui est interdit en période de confinement. Après une période de flou, le ministère de l'Intérieur a publié le visuel ci-dessous. La réalité du terrain n'étant pas forcément conforme, remontez-nous vos témoignages!
 
Pour rappel, la FUB n'incite pas à une pratique massive du vélo et appelle chacun et chacune à rester chez soi tant que possible. Toutefois, pour les déplacements absolument nécessaires (courses, trajet domicile-travail, etc.), il est officiellement autorisé par le Ministère de l'Intérieur et recommandé par la FUB d'utiliser le vélo comme moyen de déplacement. Vous pouvez également visionner la vidéo récente de la Ministre Elisabeth Borne à ce sujet.
 
Recensement de verbalisations arbitraires de cyclistes depuis le début du confinement.

 

Suite au flou initial et surtout face à des remontées de verbalisations arbitraires depuis le début de la période de confinement, la FUB souhaite récolter des témoignages de cyclistes verbalisés ou réprimandés, afin mieux mesurer l'ampleur du phénomène. Comptez sur nous pour agir en conséquence. Retrouvez le résumé de notre position sur twitter.

 

Si vous avez été verbalisé vous pouvez répondre au questionnaire (disponible ici), sinon nous vous invitons à le relayer largement, surtout si vous avez connaissance de telles verbalisations dans votre entourage.

 

Afin de nous permettre d'agir efficacement, nous vous demandons de répondre rapidement, idéalement avant le dimanche 29 mars, à 20h.

Après plusieurs jours de flou, le ministère des transports a confirmé au « Monde » que la bicyclette est autorisée, « sous réserve que l’utilisateur soit porteur de l’attestation dûment renseignée ».

Par Olivier Razemon Publié le 25 mars 2020 à 14h28, mis à jour hier à 10h56

Temps de Lecture 4 min.

 

Il fait beau, les rues sont désertes, la qualité de l’air s’est considérablement améliorée, mais non, ce n’est pas une raison pour aller faire une balade de 20 kilomètres sur son vélo. Le premier ministre, Edouard Philippe, l’a dit de manière explicite, lundi 23 mars : les déplacements liés à l’activité physique individuelle sont limités à un rayon d’un kilomètre autour de chez soi, et pour une heure tout au plus, à condition d’être muni de la nouvelle attestation dérogatoire, en vigueur depuis mercredi 25 mars.

Télécharger la nouvelle attestation de circulation

Jusqu’à présent, les règles posées par le gouvernement ne mentionnaient nullement le type d’activité physique autorisée. Pouvait-on remplacer le sacro-saint jogging par un tour à vélo ? Seule la Fédération française de cyclisme (FFC), qui organise des courses cyclistes mais ne dispose pas du pouvoir de réglementer, avait publié, le 18 mars, un communiqué indiquant que « la pratique du sport cycliste constitue une infraction ». La FFC a même conçu un site spécial confinement, « Roulez chez vous », qui dispense des programmes de remise en forme.

Le ministère des transports reprend désormais cette doctrine : « L’usage du vélo est prohibé pour la pratique d’une activité sportive », a-t-il indiqué au Monde mardi 24 mars.

« A Mulhouse, il est encore possible de circuler à vélo, et la police ne verbalise pas si la feuille dérogatoire est en règle. Et ce, quel que soit le motif, professionnel, courses ou garde d’enfant », témoigne Rémy Burgy.

Extrait d'article publier par Reporterre 

 

 

Les mesures de protection se mettent en place en Allemagne, mais pas un confinement total. Et les autorités encouragent la pratique du vélo, qui permet de moins propager le virus.

Comme tout sport d’endurance, la pratique du vélo est aussi un bon moyen de prévention car « il permet au système respiratoire d’être bien ventilé et mieux alimenté en sang », souligne le magazine. « Vous respirez plus intenément, ce qui signifie que vous nettoyez bien vos poumons, explique Michael Barczok. C’est optimal en matière de protection contre les virus. » Dans son cabinet à Ulm, dans le Bade-Württemberg, le pneumologue recommande systématiquement le vélo à ses patients atteints de bronchite chronique, pour lesquels le jogging est déconseillé.

Le vélo pourrait-il faire baisser le taux de mortalité lié au coronavirus ? Aucune étude n’a été faite sur le sujet. Mais des chercheurs travaillent actuellement sur l’hypothèse d’un lien de causalité entre la pollution aux particules fines et la diffusion du virus. Une pollution de l’air justement largement réduite par l’usage du vélo à la place de la voiture, mais aussi des bus et métros.

Voir la suite en cliquant ICI

 

Alsace -Vélo relais l'agenda de la communauté des amateurs de vintage qu'il soit d'Alsace ou d'ailleurs

 

LA JUVIGN'TAGE 3ème édition 
Balade Vélo Rétro 74 

Balade vélo vintage 

Chemin Gravier, passage cailloux,route 

-Petite cuisse. : 5-10km 
( Gentlemen-Famille- Sportif du dimanche -amateur) 

-Gros Mollet : 30km-50km 
( Sportif -Ancien Champion -Passionné) 


Bourse : vélo collection et pièces 

Exposition : 
-Vélo Vintage , VTT et BMX oldschool 
-voiture,moto,mob ancienne 
-Vente 

Concours d'élégance 

Stand : Barbier , Friperie , Artisans, brocante 

Inscription Payante avant le 1er juin. 
Repas buffet: SUR RESERVATION 


OU : JUVIGNY - ST CERGUES -74 - FRANCE 
CAFE DU CHEMIN DE FER 
1023 route de la gare, 74140 St Cergues 
CHEZ POPAUL 

QUAND : Dimanche 14 juin 2020 

HORAIRES : 9h - 18h30 

POUR QUI : Les passionnés de vélos anciens, 
et amoureux du vintage. 
Une journée à la campagne et à vélo .

Contact : vlokusthome

Téléphone : 06 22 78 90 97

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site web : https://www.facebook.com/events/621218641984160/

 

 

Le Guide pour une mobilité quotidienne bas carbone édité par Le Shift project promeut  un système cohérent d’alternatives à la voiture en solo dans les zones de moyenne densité, c’est-à-dire les périphéries des villes. 

Ils proposent pour cela 3 axes à mettre en oeuvre conjointement : 

  • Déconstruire de « système voiture »
  • Développer un système de modes actifs et partagés
  • Susciter et accompagner le changement de comportement.

Tout cela concerne évidemment plus les élus communautaires que les conseillers d’opposition de nos villages, mais donne en même temps une excellente culture générale sur le sujet. La synthèse incite par exemple à « mettre en place une politique cyclable cohérente, fondée sur les usages » et le développe en une dizaine de points. 

Le propre du Shift est de ne pas penser vélo à priori mais bas carbone, c’est à dire penser l’objectif avant les moyens. C’est pourquoi on y parle marche à pied, covoiturage, comportements, évaluation…

La synthèse de cette étude est disponible ici .

Le guide Le vélo tête de liste a été écrit par le Club des villes cyclables. Il fait une dizaine de pages et pose la question : Que peut faire un élu local ? Il détaille d’abord des réponses simples d’un paragraphe chacune : 

 
  • Créer des fonctions de chargé de mission vélo
  • Planifier les continuités et le maillage des itinéraires
  • Reconsidérer les arbitrages entre la place de l’auto et celle du vélo
  • Décliner et adapter les expériences et innovations
  • Développer des services
  • Associer davantage les usagers
  • Faciliter l’embarquement des vélos dans les transports. 

Ensuite viennent des ambitions plus complexes, impliquer l’administration locale, sécuriser le stationnement, établir les connexions géographiques pertinentes, s’occuper de l’apprentissage et de la communication. Et à la fin, un résumé des arguments habituels sur la santé, le climat, les coûts, le commerce, le tourisme etc. 

Pour se le procurer en téléchargement : Club des Villes et Territoires Cyclables 

 

 

Cette expérience avait été rôdée depuis plus de deux ans pour deux écoles de Rouen. Elle a été très médiatisée -jusqu'en Corée du Sud - mais la ville de Rouen et la métropole n'ont pas adhéré au projet. Les trois jeunes promoteurs de ce nouveau moyen de transport, qui conduisent chacun un véhicule, ne se sont pas découragés et sont allés le proposer ailleurs.

Au sud de la métropole normande, la Communauté d'agglomération Seine-Eure (CASE, 37 communes dont Louviers), a saisi la balle au bond. Labellisée "territoire à énergie positive pour la croissance verte" par le ministère de l'Environnement, la CASE a utilisé une partie de sa subvention d'Etat pour financer
l'expérience, une première en France.

Bientôt à Lille ?

Un contrat a été signé pour deux ans, à titre expérimental, entre la collectivité et l'entreprise "S'cool bus" pour un coût de 170.000 euros. "Leur produit est bon et les parents comme les enfants sont très enthousiastes", a commenté pour l'AFP Marc Monnier, directeur des politiques durables de la communauté
d'agglomération. "Une dynamique se met en marche", se réjouit le directeur de l'école (170 élèves) André Neveu, grand adepte de la bicyclette.

Jusqu'ici bénévoles au sein d'une association, les trois jeunes écologistes ont pu, grâce à la CASE, créer leur propre entreprise et vont se verser un SMIC tous les mois. "On va pouvoir mettre du gruyère dans nos pâtes" plaisante Vincent Guezou, gérant de "S'cool bus". Fabriqué aux Pays-Bas, le bus à pédales intéresse aussi, selon lui, les villes de Grenoble et de Lille. 

Page 5 sur 199