Lucky

Lucky

 

Le temps du point presse et le premier kilomètre de piste cyclable sanitaire était réalisé lundi matin, partant de la limite Saint-Mandé – Paris pour rejoindre la gare de Nogent-sur-Marne via la RD120.

Au total, 40 km (X 2 sens, soit 80 km au total) de pistes sont programmées dans le département, le long des grandes départementales. L’objectif est de doubler des lignes de transports en commun comme les lignes 1, 7, 8 et encore les RER pour inciter les usagers à prendre leur vélo. Pour ce faire, des voies automobiles sont neutralisées, réduisant l’espace voiture au profit du vélo.

« L’enjeu est d’éviter absolument que les personnes qui ne pourront pas rester télétravailler le 11 mai se retrouvent confinées dans les transports en commun ou se reportent sur la voiture car la pollution automobile est aussi responsable de milliers de morts prématurées. Nous avons travaillé en amont avec les associations de cyclistes et la préfecture de région », détaille Pierre Garzon, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne.


L'Eurobike de Friedrichshafen est déplacé de début septembre  à  fin novembre. La foire se déroulera dans une orientation B2B pure sur trois jours. Il y aura un échange de l’industrie numérique à la date de lancement initiale en septembre.

lundi, 04 mai 2020 13:13

VTT & VTTAE l’après 11 mai ?

Les différentes observations vont dans le sens du dé-confinement que l’on peut espérer pour le 11 mai prochain. Le Premier Ministre s’est exprimé devant l’Assemblée Nationale en des termes clairs : c’est l’objectif, à condition que les indicateurs de l’épidémie soient au rendez-vous des estimations sur lesquelles le gouvernement base sa stratégie de dé-confinement.

Si quelques jours avant le 11 mai, soit autour du 7 mai, le nombre de nouveaux cas par jour est redescendu à 3000, alors, le dé-confinement tel qu’il est esquissé dans la suite de cet article pourra avoir lieu. L’indicateur sur lequel le gouvernement indexe la mise en oeuvre du dé-confinement est ici très clair, et connu de tous. Les mesures qui permettent de l’atteindre aussi : ce sont celles du confinement actuel.

Plan de dé-confinement

Dans son discours, le Premier Ministre a balayé les différents secteurs d’activité qui seront concernés par les mesures favorisant une reprise à l’après 11 mai. Nous n’allons pas ici détailler l’ensemble de ce plan, mais bien entendu nous concentrer sur les points qui concernent la pratique du VTT et du VTTAE, au sens large du terme.

Pour l’heure, les mesures qui entreront en vigueur au 11 mai reposent sur 3 principes : apprendre à vivre avec la présence du virus parmi nous, reprendre progressivement nos activités en en maîtrisant l’intensité et l’étendue, et adapter les possibilités aux spécificités locales, à différentes échelles.

 

*Dé-confinement sous conditions

Dans tous les cas, les annonces du jour sont soumises à conditions. Outre celle d’avoir atteint les objectifs du confinement actuel quelques jours avant le 11 mai, le plan du gouvernement prévois de donner les moyens d’adapter la situation locale à la présence avérée ou non du virus.

Tout d’abord, avec des capacités de protection (port du masque), de test (pour détecter le virus en cas de doute/symptômes) et d’isolement (en quarantaine chez sois ou placé pour préserver sa famille) pour limiter la présence de porteurs au sein de la société.

Dans les faits, le gouvernement entend aussi prendre les dispositions législatives pour permettre d’établir une carte des départements à risque (rouges) ou non (verts). Les préfets et élus locaux auront alors la possibilité de prendre des dispositions pour limiter les pratiques, la notre y compris.

3 critères seront pris en compte pour indexer cette carte : le taux de nouveaux cas contaminés, les capacités hospitalières du moment, et les capacités de test suffisantes ou non. Trois indicateurs qui semblent en accord avec ce dont on peut se soucier pour savoir si l’on pratique en sécurité.

 

De multiples initiatives existent pour apaiser les abords des écoles et protéger les enfants. Voici un guide riche et précieux qui recense une grande variété d’expériences. Il a été réalisé par l’association « Rue de l’avenir » (et nous le proposons ici avec leur accord).

Le document propose une série d’analyses de cas, en France, en Belgique et ailleurs, avec des propositions concrètes pour diminuer le trafic, ou modifier les aménagements de l’espace public. Ces exemples complètent utilement nos propositions.

Comme on peut le lire dans le document de Rue de l’avenir, « La régulation de l’entrée et de la sortie de l’école doit prendre d’abord en compte la sécurité des piétons et non le confort de l’automobiliste et prévenir ainsi un désordre facteur de danger. La « rue scolaire » qui existe dans le code de la route en Belgique et qui se développe en France avec soit une « piétonnisation temporaire » de la rue de l’école pendant les heures d’entrée et de sortie, soit une « interdiction aux véhicules » est une mesure simple qui, avec la zone de rencontre, peut assurer efficacement un apaisement des situations rencontrées et la sécurité des élèves.

Télécharger le document :

VilleEnfantFiche5AbordsEcoles

dimanche, 03 mai 2020 14:09

Urbanisme radical

Le dessin ci-dessus est assez ancien, il date de 2015, mais il résume assez bien la situation actuelle. A l’heure où le gouvernement parle de déconfinement de la population, en particulier des enfants censés retrouver le chemin de l’école le 11 mai prochain malgré l’avis du Conseil Scientifique, commencent à se poser une multitude de questions pratiques concernant la distanciation sociale.

Voir l'article complet 

« Est-t-il vraiment interdit de pratiquer le vélo loisir dans un rayon de 1km ?  Seul le décret 2020-293 du 23 mars fait loi et il ne précise pas qu'il soit interdit d'utiliser vélo, roller ou autre trottinette (et ce malgré les allégations de certains cabinets ministeriels qui elles, ne font pas loi). »

Cette question est très épineuse. Sur son site, le gouvernement explique que : "il est interdit de pratiquer le vélo pour les loisirs".

Mais la Fub, la Fédération des usagers de la bicyclette, a vivement protesté contre cette interdiction, car dans la loi rien ne stipule que la pratique du vélo pour des "Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile" est interdite.

Le ministère de l'Intérieur le reconnait finalement : "La pratique du vélo reste donc possible dans tous les cas prévus par l’article 3 du décret du 23 mars, qu’il s’agisse d’une activité physique individuelle, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile comme pour les autres motifs de déplacements, aller faire ses courses ou aller travailler, par exemple. Ce sont les déplacements qui sont réglementés et non l’usage de la bicyclette."

Je conseil donc aux usagers de télécharger le Communiqué de Presse ci-dessous où de l'imprimer et le garder dans sa poche pour le présenter si vous vous faites contrôler par des agents tatillons ...

Une news à propos de la désinformation sur le site web d'Isabelle et le vélo

Champion de France junior en 2017, Antoine Raugel a trouvé une idée brillante pour à la fois rendre service et continuer à s’entraîner un peu. A l’aide de son vélo de course et d’une vieille carriole, il livre gratuitement les courses pour les habitants de son village de Hohatzenheim.

 

Au lieu de faire les courses pour sa grand-mère en voiture, Antoine Raugel a eu l’idée de les faire en pédalant. Avec son père, ils ont bidouillé et réussi à accrocher à son vélo de course, une vieille carriole, qui servait dans le temps à transporter le lait. Cette initiative n’est pas passée inaperçu à Hohatzenheim, un petit village à 20 kilomètres au nord de Strasbourg. Dans la foulée, plusieurs voisins, notamment des personnes âgées, l’ont sollicité pour être eux aussi livrés.

 

60 à 70 kilomètres par jour

Désormais, Antoine Raugel parcourt donc 60 à 70 kilomètres en moyenne par jour, parfois jusqu’à 100 kilomètres pour effectuer ses livraisons.  Avec une charrette qui peut peser jusqu’à 30 kilos, c’est du sport, même pour un cycliste averti ! Il livre essentiellement des fruits et légumes qu’il cherche chez les producteurs des villages autour de Hohatzenheim, parfois de la viande et en ce moment beaucoup d’asperges, c’est de saison. 

 

Il effectue ce service gratuitement. « Ma contrepartie c’est de faire du sport et de me dépenser au quotidien, se réjouit le cycliste de 21 ans. _Parfois, il y a un peu de "Kindergeld", d’argent de poche. Mais ce qui fait vraiment plaisir, c’est le sourire de ces gens et leurs remerciements. Ils sont contents, car ça leur permet de rester à la maison et d’être protégés contre le virus. Ils sont tous fiers de moi. Je reçois plein de messages sympas ».

Des voisins aux anges

Le champion de France junior livre régulièrement sa voisine Simone : «Je trouve ça juste génial.Ça me soulage, surtout moi qui suis infirmière libérale. Mais aussi papy et mamie juste à côté.On évite les supermarchés. Si Antoine a envie de faire ça, qu’il prend les précautions nécessaires, ça nous va très bien ».

A chaque sortie, Antoine Raugel remplit consciencieusement son attestation. « Je pense qu’il n’y aura pas de souci, glisse l’espoir du cyclisme alsacien. J’ai déjà croisé plusieurs fois des gendarmes. Ils regardent et me sourient. Je pense qu’ils comprennent vraiment ce que je fais et pourquoi je le fais. »

Il espère signer pro

En complément de ces livraisons à vélo, Antoine Raugel fait des séances quotidiennes de home trainer pour entretenir sa condition physique et conserver l’espoir de signer professionnel la saison prochaine dans l’équipe AG2R La Mondiale. Il est actuellement sous contrat avec le Chambéry CF, qui est le centre de formation d’AG2R. 

  •  

Sur 30 millions de vélos possédés par les Français, les deux tiers prennent la poussière. Pour les faire sortir de la cave ou du garage, le gouvernement va offrir un « chèque réparation » de 50 euros. « C'est un coup de boost au vélo pendant la période de déconfinement pour inciter à choisir ce mode de déplacement. Nous voulons que cette période fasse franchir une étape dans la culture vélo, et que la bicyclette soit la petite reine du déconfinement en quelque sorte », explique la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, qui porte le plan pour faciliter la pratique du vélo.

Au total, 20 millions d'euros sont débloqués par son ministère pour prendre en charge des réparations, des places de stationnement temporaires et des formations.

En ce qui concerne le chèque réparation, aucune feuille de papier n'est à imprimer, il suffira de se rendre chez un réparateur référencé pour remettre en état son biclou sans rien débourser si la réparation coûte moins de 50 euros. Et de payer le reste à charge, si la note est plus salée. Le réparateur sera ensuite remboursé par l'Etat. Bien sûr, selon l'état des vélos, les prix sont très variables. Mais un billet de 50 euros représente déjà un coup de pouce appréciable. Pour changer les patins, comptez 15 euros. Pour une chaîne, il faut en général compter une vingtaine d'euros. Si c'est toute la transmission qu'il faut remplacer, on arrive vite à 50 euros.

Les professionnels prêts à passer la seconde

Plus de 3000 professionnels ou associations seront ainsi progressivement listés sur une plateforme mise en ligne dans les prochains jours. « Nous recensons et enregistrons tous ces acteurs en une huitaine de jours, c'est un vrai sprint ! » s'amuse Olivier Schneider, le président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) dont l'association pilote la plate-forme. Si les réparateurs de vélos font partie des commerces prioritaires, beaucoup sont aujourd'hui fermés et pourraient rouvrir avant le 11 mai.

« Bien sûr, le vélo ne pourra pas tout remplacer, mais il permet par construction de respecter les gestes de sécurité. Et ce peut être une véritable solution de transport alors que 60% des trajets effectués en France en temps normal font moins de 5 km », insiste Elisabeth Borne.

Ce plan fait partie d'un mouvement plus général. Bogota, Berlin, New York, aménagent des pistes cyclables provisoires. En France aussi, les collectivités n'ont pas attendu pour encourager l'usage du vélo alors qu'en période de Covid-19 l'idée de la promiscuité dans les bus, trams et autres métros effraie de nombreux usagers.

A Montpellier et Bordeaux, des pistes cyclables temporaires

En Ile-de France, la présidente de la région, Valérie Pécresse, travaille notamment avec le RER-vélo, un collectif d'associations qui a imaginé neuf lignes cyclables depuis Paris jusqu'à Mantes-la-Jolie ou Melun. Montpellier (Hérault) ou Bordeaux (Gironde) inaugurent également des pistes cyclables temporaires. A Nice, le maire a prévu de fermer une partie des rues de sa ville à la circulation automobile pour la réserver aux vélos et aux piétons. « On a assisté à des volte-face d'un certain nombre d'élus sur cette question, c'est très positif! » insiste Olivier Schneider.

 

A la demande d'Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, le Club des villes et territoires cyclables est chargé, aux côtés des services de l’Etat et des acteurs associatifs en faveur du vélo, de recueillir toutes manifestations d’intérêt et initiatives des collectivités territoriales, qui pourraient rapidement être expérimentées en matière d’aménagements cyclables temporaires en cette période de confinement, et être utilisées de la façon la plus optimale possible en période de post confinement. Il lance donc ce questionnaire, destiné à toute collectivité souhaitant prendre part à cette dynamique. Le Club des villes et territoires cyclables cherche également à faire remonter les freins et les obstacles rencontrés d’ordre administratifs ou juridiques qui viendraient freiner la mise en place d’aménagements cyclables temporaires.
Voir le questionnaire mis en ligne ci-dessous 

Le questionnaire comporte une dizaine de questions.
« Le vélo sera d'autant plus un moyen de transport adéquat dans une période où l'appréhension de prendre les transports en commun risque de perdurer bien au-delà du dé-confinement », souligne le Club des villes et territoires cyclables.
Page 6 sur 204